Un comité de centre droit s'oppose au 2e tunnel du Gothard

Un comité de centre droit s'oppose au 2e tunnel du Gothard

Photo: Keystone

La construction d'un deuxième tunnel routier à travers le Gothard n'est pas seulement combattue par la gauche et les écologistes: un comité de centre droit s'y oppose également. Lundi, il a présenté ses arguments devant la presse à Berne.

Le comité bourgeois contre le deuxième tunnel ne compte pour l'heure que huit membres, mais ils sont connus sur la scène politique: les conseillers aux Etats Konrad Graber (PDC/LU), Thomas Minder (sans parti/SH) et Markus Stadler (PVL/UR) ainsi que trois conseillères nationales, dont Isabelle Chevalley (PVL/VD), et deux politiciens tessinois du PLR.

Importants surcoûts

Pour eux, le bât blesse notamment au niveau des coûts. Le Conseil fédéral prévoit 2,8 milliards de francs pour le projet. S'y ajoutent 25 à 40 millions supplémentaires par an pour la maintenance et l'exploitation, selon le texte écrit de Konrad Graber.

L'attribution efficiente des moyens financiers limités est un principe de base dans la construction de routes nationales. Or ce principe est clairement bafoué au Gothard, estime le Lucernois. Un assainissement sans deuxième tube est à ses yeux la meilleure solution du point de vue financier et de la politique des transports.

Pour Isabelle Chevalley, les bouchons vacanciers au Gothard sont 'anecdotiques' comparés aux encombrements quotidiens des pendulaires freinés quotidiennement dans leurs déplacements. La Vaudoise a rappelé que 30 millions de véhicules empruntent chaque année l'autoroute entre Lausanne et Genève, soit près de 100'000 par jour.

Dans la région lémanique, plusieurs investissements sont en attente faute de base de financement, a-t-elle poursuivi: 'Alors que la caisse routière est en situation périlleuse, il ne s'agit pas en plus de dilapider l'argent dans des projets superfétatoires'.

Trafic insupportable au Tessin

Pour le politicien PLR tessinois Antoine Turner, la circulation routière connaît des problèmes bien plus graves qu'au Gothard. La situation du trafic dans le sud du Tessin est aujourd'hui déjà inacceptable: elle ne ferait qu'empirer avec la construction d'un deuxième tube, met-il en garde.

Selon le projet prévu, les deux tunnels ne devraient être ouverts à la circulation chacun que dans un sens. Ses adversaires craignent toutefois qu'à terme les galeries soient exploitées chacune sur deux voies. Celui qui croit le contraire 'croit à la cigogne, au lapin de Pâques et au Père Noël en même temps', a lancé Konrad Graber.

Le comité relativise également l'argument de la sécurité. Selon la conseillère nationale Maja Ingold (PEV/ZH), l'existence de deux galeries n'a qu'un effet très marginal sur la sécurité du trafic. Ce but peut être beaucoup plus rapidement atteint grâce au transfert du trafic de marchandises au rail, estime la Zurichoise.

Le nouveau tunnel à travers le Gothard doit être construit en sept ans dès 2020. Ensuite, celui ouvert en 1980 doit être fermé et assaini. A partir de 2030, les deux galeries seront exploitées chacune sur une voie.

Scrutin agendé après les élections

Le PS, les Verts, le PVL ainsi que plus d'une cinquantaine d'organisations nationales ou régionales ont lancé un référendum contre le projet. Le peuple se prononcera après les élections fédérales de cet automne, en 2016.

Après 1994 (initiative sur la protection des Alpes) et 2004 (contre-projet à l'initiative Avanti), ce sera la troisième fois que le souverain votera directement ou indirectement sur un deuxième tunnel à travers le Gothard. Jusqu'ici, il a toujours dit 'non'.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.