Un comité interpartis se lance dans la bataille pour un 2e tube

Un comité interpartis se lance dans la bataille pour un 2e tube

Photo: Keystone

Creuser un 2e tube au Gothard apportera davantage de sécurité routière, est nécessaire à la cohésion nationale et économiquement importante pour la Suisse, a argumenté mardi le comité interpartis pour cette solution. Il a dénoncé 'les contes' onéreux des opposants.

Le tunnel du Gothard, ouvert en 1980, doit être renové. Le Conseil fédéral et le Parlement ont opté pour la construction d'un second tube afin de mener les travaux tout en laissant les voitures circuler sur cet axe.

Les opposants à la construction d'une deuxième galerie, dont font notamment partie le PS, les Verts et les Vert'libéraux, craignent que dès que les quatre pistes seront opérationnelles, elles seront ouvertes au trafic. Cette solution d'assainissement du tunnel est un cheval de Troie. Le sud du Tessin deviendra alors un corridor de transit infernal à l'image du Brenner.

Des craintes balayées par l'ancienne d'Etat tessinoise socialiste Patrizia Pesenti: 'Je fais confiance aux générations futures pour ne pas détourner le but de ce second tube. Pourquoi les adversaires veulent tout décider aujourd'hui?'

Plus de sécurité

Construire ce second tunnel est simplement une question de sécurité. Avec des voies bidirectionnelles sur 17 km, 'il ne correspond plus aux standards actuels', a rappelé le conseiller national Ulrich Giezendanner (UDC/AG). Et les glissières de sécurité n'amélioreraient pas la donne, selon le président de l'association Auto secours suisse.

Les collisions frontales dans le tunnel du Gothard ont déjà fait 18 morts. Un deuxième tube autoroutier permettra de séparer les voies, supprimant ce risque. De plus en cas d'accidents, pompiers, policiers ou d'ambulanciers pourront plus facilement accéder au tunnel grâce à la bande d'arrêt d'urgence.

Tomates italiennes

Fermer le tunnel pendant les travaux isolerait le Tessin du reste de la Suisse, alors qu'il est utilisé quotidiennement par les habitants du canton méridional. 'On ne peut pas revenir aux années 60!', a dénoncé le conseiller aux Etats tessinois Filippo Lombardi (PDC).

Economiquement, il est également nécessaire pour transporter 'les fruits et les légumes' italiens en Suisse, a souligné la conseillère aux Etats Brigitte Häberli-Koller (PDC/TG).

L'autoroute roulante n'est pas une réelle alternative, selon le comité. Les installations nécessaires à absorber le trafic du Gothard devraient être énormes, pour finalement être détruites quand les travaux seront finis.

De plus, les cantons d'Uri et du Tessin s'opposent à leur construction sur leur sol, a rappelé Filippo Lombardi. Les référendaires proposeraient de construire les quais de transbordement à Bâle et à Chiasso. Une alternative qui coûterait bien plus cher. Aucune estimation de cette variante n'a été calculée.

Le comité interpartis articule le chiffre de plus de 3 milliards de francs. Selon les estimations de l'Office fédéral des routes, la construction d'un 2e tube coûterait environ 2,7 milliards, et les variantes sans 2e tunnel entre 1,4 et 2,2 milliards.

Routes valaisannes encombrées

De plus, la construction d'une telle autoroute ferroviaire reliant la Suisse du nord au sud entrerait en concurrence avec la nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes, a remarqué Patrizia Pesenti. Le tronçon du Gothard devrait ouvrir l'année prochaine, celui du tunnel du Ceneri en 2020.

Finalement, en cas de fermeture du tunnel du Gothard, il faudrait compter avec des reports du trafic sur des routes secondaires en montagne. Les Valaisans et les Grisons verraient alors leurs routes s'encombrer de ribambelles de voitures, ont reproché le conseiller aux Etats grison Stephan Engler (PDC) et le municipal vaudois Olivier Français (PLR).

Le comité interpartis espère récolter environ 2 millions de francs pour lancer la campagne nationale, a indiqué Filippo Lombardi. Les opposants au 2e tube comptent mettre environ 1,5 million de francs, ont-ils précisé à l'ats.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.