Un homme d'affaires suisse arrêté en Thaïlande

Un homme d'affaires suisse arrêté en Thaïlande

Photo: Keystone

La police thaïlandaise a arrêté lundi un homme d'affaires suisse sur l'île de Koh Samui. Cet ancien collaborateur de la filiale genevoise de l'entreprise PetroSaudi se voit reprocher d'avoir donné à des médias des documents sur cette entreprise.

Ces documents prouvent des accusations de corruption contre l'environnement du Premier ministre malaisien Najib Razak.

L'homme interpellé est âgé de 49 ans, ont indiqué mercredi le quotidien thaïlandais Bangkok Post et le Fonds Bruno Manser. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a dit à l'ats avoir connaissance de l'interpellation d'un ressortissant suisse et être en contact avec les autorités locales.

Cette affaire est liée à des pertes non clarifiées de milliards de francs d'un fonds souverain malaisien. Elles ont contraint M. Razak à une explication d'urgence et l'ont mis sous pression politique. Des médias malaisiens et britanniques reprochent à une personne de confiance du Premier ministre d'avoir prélevé des millions de francs du fonds '1 Malaysia Development Berhard'.

Les documents que le Suisse a livrés expliquent que 700 millions de dollars ont été déduits en septembre 2009 lors d'un accord entre PetroSaudi et le fonds malaisien. Ils ont ensuite été transférés au proche de M. Razak, notamment dans des banques en Suisse et à Singapour.

Entreprise saoudienne contente

L'entreprise pétrolière et gazière PetroSaudi International, établie en Arabie saoudite et dont une filiale se trouve à Genève, a expliqué mercredi dans une prise de position qu'elle salue l'arrestation de son ancien employé. 'Des tentatives de coercition et d'extorsion' lui sont reprochées. Le groupe a indiqué souhaiter coopérer avec les autorités thaïlandaises.

Le Fonds Bruno Manser avait déjà lancé en décembre dernier une dénonciation pénale auprès du Ministère public de la Confédération (MPC) en lien avec une transaction présumée de 700 millions de dollars, précise-t-il dans un communiqué. Le MPC avait alors renoncé à ouvrir une enquête pénale en raison d'un manque de preuves.

L'organisation de protection de l'environnement s'engage en première ligne pour la préservation de la forêt tropicale à Bornéo. Elle s'investit également dans la lutte contre la corruption qui rend difficile ce mandat, a souligné mercredi à l'ats son directeur Lukas Straumann.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.