Le Gouvernement jurassien ne luttera pas seul contre l'illettrisme

La lutte contre l’illettrisme préoccupe le Gouvernement Jurassien, mais il ne doit pas œuvrer seul dans ce domaine. C’est, en substance, la réponse apportée par l’exécutif à une question écrite du député Rémy Meury, intitulée «Combattre l’illettrisme: où en est-on? ». Le popiste demandait au Gouvernement quelle suite il avait donnée à un postulat datant de 1999 sur le même sujet.

Le phénomène de l’illettrisme est certes préoccupant, mais le Gouvernement souligne qu’il est difficile d’évaluer le nombre de personnes touchées dans le Jura. La seule indication, c’est celle de la fréquentation des cours de l’Association Lire & Ecrire. Cours qui, l’année passée, ont attiré une trentaine de personnes, des femmes pour la plupart, âgées en moyenne de 30 à 40 ans. Mais il faut préciser que trois quarts des participants étaient de nationalité étrangère, et plus de 3 sur 5 d’une autre langue maternelle que le français. Le Gouvernement jurassien émet donc l’hypothèse que l’illettrisme est davantage un problème d’intégration que de formation.

C’est la raison pour laquelle il suggère d’aborder l’illettrisme avec les différents partenaires concernés. Le Gouvernement entend établir des contacts entre Lire & Ecrire, les services concernés et l’Université populaire jurassienne. L’adoption de dispositions légales sera envisagée avec l’élaboration de la nouvelle législation qui régira les niveaux de formation secondaire II et tertiaire, soit d’ici le printemps 2008.

Pour l’heure, le canton poursuivra son action en maintenant, voire en renforçant les subventions accordées à Lire & Ecrire – en l’occurrence par le biais des fonds de la Loterie romande. /lbe

Partager
Link
Météo