Responsabilité communale ne rime pas avec richesse

Le mensuel économique Bilan, à paraître demain, publie le premier volet d’une enquête sur les rémunérations des élus dans les communes. Il concerne notamment le canton du Jura. L’enquête a été réalisée auprès des communes de plus de2000habitants. Toutes ont répondu dans le Jura : Saignelégier dans les Franches-Montagnes. Porrentruy et Courgenay en Ajoie. Delémont, Bassecourt, Courroux, Courtételle et Courrendlin dans la Vallée.

Le premier constat est évident : les élus ne deviennent pas riches parce qu’ils ont des responsabilités. Courgenay fait figure de pauvre avec 31 000 francs par an répartis entre les membres du Conseil communal. Dans les autres communes, c’est un minimum de 50 000 francs que se partagent les exécutifs. La situation diffère quelque peu dans les villes où des conseillers travaillent à temps partiel. Delémont doit compter sur près de 300 000 francs pour rémunérer ses élus. Le maire Gilles Froidevaux gagne 75 000 par année pour un poste de travail qui avoisinent les 60%. A Porrentruy, Gérard Guenat en reçoit 41 000 pour un temps de travail de 40%. Les salaires sont donc bien plus faibles que ceux des ministres jurassiens qui touchent plus de 210 000 francs par année. L’enquête du magazine Bilan nous dévoile également ce que cela coûte à la population : entre 20 et 25 francs par habitant, 15 à Courgenay. Les Jurassiens s’en tirent donc particulièrement bien. Payer 20 francs par année pour ses élus, quand on sait ce que le travail d’un Conseiller communal comporte, c’est cadeau. /cl

Partager
Link
Météo