Alcan à Steg (VS): syndicats, ouvriers et population mobilisés

STEG VS - Tout doit être entrepris pour sauver l'usine d'électrolyse d'Alcan à Steg (VS). C'est en substance le contenu d'une résolution urgente adoptée jeudi soir lors d'une "landsgemeinde" organisée par les syndicats Unia et Syna.Cette résolution a été adoptée par la majorité des quelque 500 personnes présentes, représentants de la population locale et ouvriers de l'usine. Son contenu qui tient en cinq points s'adresse aux autorités cantonales et fédérales, à Alcan mais aussi aux fournisseurs d'énergie.La résolution demande en substance à Alcan de poursuivre son activité à Steg et de ne rien entreprendre avant la fin avril 2006 qui puisse déboucher sur la fermeture de l'usine. Elle demande par ailleurs au canton d'assurer non seulement le maintien de la production d'aluminium à Steg, mais son renforcement en Valais.Le canton et la Confédération sont en outre invités à mener une politique industrielle plus attractive pour les régions périphériques. Les fournisseurs d'énergie sont quant à eux priés de fournir du courant à un prix permettant une exploitation rentable de l'usine d'électrolyse.Cet appel lancé jeudi soir a été entendu par le gouvernement valaisan représenté à Steg par les conseillers d'Etat Jean-Michel Cina et Thomas Burgener. Dans son allocution, M. Cina a réaffirmé la ferme volonté du canton de lutter pour le maintien de l'usine d'électrolyse.Des pourparlers sont en cours avec un repreneur potentiel, a-t-il assuré. Les négociations avancent à un rythme soutenu mais rien n'est encore acquis. De son côté, Thomas Burgener a indiqué attendre également la décision du Surveillant des prix Rudolf Strahm qui doit se prononcer sur le coût de l'énergie.Cette dernière mesure a toutefois été qualifiée de "trop dangereuse" par la conseillère nationale valaisanne Viola Amherd (PDC) également présente à Steg. Monsieur Prix ne pourra pas tout régler, en tout cas pas dans le délai accordé aux employés de l'usine de Steg, a-t-elle déclaré.Selon Mme Amherd, les changements économiques peuvent être une chance pour le Valais, mais pas de la façon dont l'envisage Alcan. Une option partagée par le conseiller national Jean-Noël Rey (PS). "Le Valais a besoin d'industries et nous devons maintenir la production d'aluminium", a-t-il déclaré. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.