C'était "prévisible", mais les médias restent néanmoins perplexes

Dans l'ensemble, la presse suisse qualifie de "prévisible" le verdict du procès de Swissair, non sans être perplexe. Si certains journaux parlent de scandale ou de fiasco, d'autres sont plus nuancés et dénoncent surtout les lacunes du droit pénal."Le Matin" n'y va pas de main morte: " (...) chez nous, ce n'est toujours pas un crime d'être bête et incapable. Faire des erreurs de gestion avec la meilleure volonté du monde ne relève pas du Code pénal", écrit son rédacteur en chef. Mais il voit une petite consolation: "En économie, la pire punition, c'est le 'dégât de réputation' (...) Les anciens patrons de Swissair sont 'cuits'".La "Tribune de Genève" et "24heures" ne sont pas plus tendres: "Tout s'absout. Même la nullité économique!", titre leur éditorial. "Le système judiciaire helvétique est d'une indécence formidable", écrivent les deux journaux, pour qui, au final, c'est "faute à pas de chance". "La belle affaire!", s'exclament ironiquement les deux quotidiens lémaniques.A l'instar de ces derniers, le "Blick" compare la Suisse et les Etats-Unis (affaire Enron et Worldcom). "Nous aurions beaucoup à apprendre des Etats-Unis dans ce domaine, en renforçant notamment les lois et les poursuites judiciaires dans notre pays".Des deux côtés de la Sarine, la presse est de ce fait presque unanime: le verdict était prévisible. "L'impuissance du dispositif légal suisse éclate une ultime fois au grand jour", résume "Le Courrier". Même écho dans "L'Express" et "L'Impartial": "Le droit pénal ne peut rien faire contre la criminalité économique".De nombreux quotidiens alémaniques jugent également que l'incapacité et l'arrogance ne sont finalement pas condamnables. Tout comme leurs confrères romands, ils ne se privent pas de critiquer vertement le travail de l'accusation. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.