Construction: la SSE menace de résilier la convention

ZURICH - Le torchon brûle entre les patrons de la branche de la construction et Unia. La Société suisse des entrepreneurs (SSE) accuse le syndicat de miner la paix du travail et menace de rompre la Convention nationale. Unia leur renvoie la balle.Mercredi à Zurich, les deux parties se sont mutuellement accusées de mettre en péril le partenariat social, exemples et chiffres à l'appui. Le syndicat avait organisé sa conférence de presse dans la foulée de celle du patronat afin de répondre aux attaques.Ces frictions interviennent alors que la conjoncture est dans l'ensemble au beau fixe pour la branche. Mais syndicats et patrons peinent à s'entendre sur l'application de la nouvelle Convention nationale (CN), entrée en vigueur en janvier, et surtout à trouver des solutions par le biais des procédures contractuelles d'arbitrage.Selon la SSE, Unia multiplie les affirmations mensongères. Et surtout le syndicat s'immisce dans les décisions stratégiques des entreprises en recourant aux menaces de grève ou à la grève, ce qui est interdit dans la convention. Au lieu de s'en tenir aux procédures de règlement des conflits, le syndicat détruit la paix du travail, accuse la SSE.Si Unia ne change pas radicalement de comportement, le patronat menace de rompre la CN. Le président central de la SSE, le conseiller national radical Werner Messmer a également évoqué la possibilité de changer de partenaire social au profit du syndicat Syna.Côté syndical, les représentants d'Unia font d'abord remarquer que pour la grande partie des quelque 500 contrats collectifs de travail gérés par Unia, le partenariat fonctionne plus ou moins sans heurts."On ne peut pas dire que ce soit l'escalade, mais le ton est monté", a reconnu Hansueli Scheidegger, responsable du secteur de la construction chez Unia, face aux menaces de la SSE. Le syndicat, qui juge ces dernières "incompréhensibles", se dit toutefois comme le patronat, attaché à la défense du partenariat social.Depuis la conclusion de haute lutte de la nouvelle convention nationale, Unia constate néanmoins une multiplication des violations contractuelles. Or ces violations ne peuvent être sanctionnées par les voies habituelles de recours telles que les commissions paritaires. D'où le recours à des mesures plus musclées, ont justifié les représentants d'Unia. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.