Fermeture du site d'Alcan à Steg: quelque 180 emplois sont touchés

STEG VS - Le producteur d'aluminium Alcan a confirmé la fermeture pour la fin avril de ses installations d'électrolyse de Steg (VS). Le processus d'arrêt des fours débutera le 1er avril. Quelque 180 emplois seront supprimés."Aucune solution de dernière minute ne s'est présentée", a déclaré lors d'une conférence de presse le directeur d'Alcan Aluminium Valais, Daniel Anliker. Si l'électrolyse sera abandonnée, la fonderie de Steg poursuivra par contre ses activités.La fermeture de l'électrolyse signifie la suppression des 140 emplois qui y sont liés directement ainsi que de 40 postes dans des fonctions de service. Les négociations pour un plan social sont engagées.La priorité doit aller aux travailleurs touchés. "Nous allons mettre en place des job centers en collaboration avec les offices régionaux de placement", a précisé M. Anliker. Alcan veut avoir pour fin mars une liste précise du nombre de licenciements, de retraites et de transferts internes.Les Syndicats chrétiens interprofessionnels du Valais (SCIV) affirment qu'ils "n'acceptent aucun licenciement". Le syndicat Unia demande quant à lui une nouvelle fois au groupe canadien de chercher des solutions alternatives à la fermeture de l'électrolyse.Les SCIV demandent que "le plan social, élaboré par la commission du personnel de Steg et les syndicats SCIV/SYNA, qui met l'accent sur les retraites anticipées," soit appliqué. Les déplacements internes à l'entreprise doivent être la priorité.Un consortium d'entreprises allemandes et alémaniques emmené par le Valaisan Albert Bass était ces derniers temps en tractation pour reprendre l'électrolyse que le géant canadien avait condamnée définitivement le 12 janvier dernier. Le rachat achoppait toutefois sur la question, fondamentale pour cette industrie, du prix de l'électricité.Le consortium n'a pas pu obtenir des producteurs d'électricité un meilleur prix que celui facturé à Alcan, a précisé M. Anliker. Le groupe canadien s'en tient donc à sa décision initiale. Retarder la fermeture de Steg ne ferait que compromettre le déploiement d'actions de soutien au personnel touché.L'avenir du site industriel de Steg n'est cependant pas encore définitivement joué. Le groupe israélien Metal Tech Ltd, spécialisé dans le recyclage de métaux, est intéressé à s'y implanter. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.