La croissance économique garde sa vigueur en Suisse: hausse de 3,2%

BERNE - L'économie suisse a plus que jamais le vent en poupe. La croissance du produit intérieur brut (PIB) s'est poursuivie durant le 2e trimestre, emboîtant le pas à la performance exceptionnelle réalisée durant les trois premiers mois de l'année.Le PIB en termes réels a progressé de 0,7% au deuxième trimestre 2006 par rapport au précédent. En rythme annuel, la croissance a atteint 3,2%, a indiqué jeudi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Le résultat ne constitue à vrai dire pas une surprise, tant tous les signaux laissaient entrevoir l'excellente situation de l'économie suisse."Ces chiffres sont très réjouissants", a estimé Serge Gaillard, économiste à l'Union syndicale suisse (USS). "Ils confirment la solidité de la croissance en Suisse." Au vu de cette performance d'ensemble, l'USS pose ces revendications. "Il s'agit du bon moment pour atteindre le plein emploi. Pour ce faire, la coopération du patronat est nécessaire", a constaté Serge Gaillard.Les investissements ont été un des moteurs de l'expansion avec une progression de 3,7% par rapport au 4e trimestre 2005, grâce notamment aux dépenses accrues en biens d'équipement (+ 5,2%). Ceux destinés à la construction ont pour leur part relevé la tête (+ 1,9%), après trois semestres consécutifs de baisse.Sur le front de la consommation, l'accroissement des dépenses des ménages s'est poursuivie (+ 0,4%). Les administrations publiques continuent en revanche de faire preuve de timidité en régressant de 1,1%.Après plusieurs trimestres très dynamiques, les exportations de biens et services ont stagné au même niveau qu'aux trois premiers mois de 2006. Ce résultat est toutefois à relativiser puisque les livraisons de marchandises à l'étranger ressortent en hausse de 1,2% sans prendre en compte les objets de valeur (les métaux précieux notamment). De plus, la hausse des exportations ressort à 7,1% sur un an.Les importations ont, quant à elles, fléchi de 0,1 % par rapport au premier trimestre. Les achats de marchandises ont reculé de 0,5%, ceux dans les services ont par contre enregistré un résultat probant (+ 2%). Les importations affichent une hausse de 8,1% sur douze mois.Si l'essor économique devrait être un peu moins marqué au 2e semestre, aucune inquiétude majeure n'apparaît à l'horizon, a souligné M. Acket. La banque Julius Baer table sur une croissance de 3% pour 2006. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.