Le scandale Livedoor sème un chaos sans précédent Synthèse

BERNE - Un vent de panique a soufflé sur la Bourse de Tokyo mercredi. Elle a clos prématurément pour la première fois de son histoire, à la suite du scandale grandissant qui éclabousse le portail internet Livedoor et son flamboyant patron Takafumi Horié.Signe de la gravité de l'affaire, le Premier ministre libéral Junichiro Koizumi est intervenu en personne pour appeler les marchés au calme et rassurer les milieux économiques. La chute de la Bourse est "temporaire car l'état de la deuxième économie mondiale est solide", a-t-il assuré.Face à une explosion du nombre d'ordres, due en grande partie aux particuliers opérant sur internet et qui menaçait de saturer son système informatique, le marché tokyoïte a décidé de suspendre toutes les opérations vingt minutes avant la clôture, alors que l'indice Nikkei plongeait de 2,94 %.Le scandale Livedoor, un groupe jusqu'à présent adulé comme un modèle du dynamisme de la "nouvelle économie" au Japon, avait déjà fait dégringoler le Nikkei de 2,84 % mardi. Les investisseurs ont en effet craint une contagion du scandale à l'ensemble du secteur internet.Tout a démarré lundi soir par une perquisition surprise au siège de Livedoor et au domicile de Takafumi Horié. Il est soupçonné d'avoir manipulé des cours boursiers en 2004 en diffusant de fausses informations.La justice suspecte également le groupe internet d'avoir falsifié son bilan en 2004 dans le but de dissimuler une perte et de faciliter l'achat d'une équipe de baseball professionnelle. Des courriers électroniques accablants pour les dirigeants du groupe ont été découverts par les enquêteurs, affirment les médias.Une brutale descente aux enfers pour Horié (33 ans). Symbole autoproclamé d'une nouvelle génération de patrons, il bousculait le consensus feutré de règle dans les milieux d'affaires japonais avec ses tenues décontractées et ses méthodes "à l'américaine".L'éclatement de la "bulle Livedoor" a déclenché un mouvement de méfiance générale des investisseurs vis-à-vis des pratiques de gouvernance des sociétés japonaises dans leur ensemble. Ce qui a précipité une brusque correction de l'indice Nikkei, qui avait terminé 2005 sur un gain annuel phénoménal de plus de 40 %.A partir de jeudi et jusqu'à nouvel ordre, la séance sera raccourcie de 30 minutes dans l'espoir de prévenir toute surchauffe informatique. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.