Les Docks: l'avenir de la salle de musique lausannoise s'éclaircit

Les Docks vont vivre. Le Conseil communal de Lausanne a accepté mardi le plan d'assainissement de la salle des musiques actuelles. Les crédits spéciaux ont passé la rampe ainsi que la proposition d'une hausse massive de la subvention.Après trois heures de débat consacré en premier au rapport d'enquête sur les Docks puis au préavis de la Municipalité, le vote est tombé. Le législatif a massivement approuvé le premier crédit spécial de 330 000 francs destiné à payer les dettes de la salle.Le deuxième crédit de 450 000 francs visant à assurer le fonctionnement des lieux jusqu'à la fin de l'année a été davantage contesté. Au vote nominal, il a finalement été adopté par 47 voix contre 29 et quatre abstentions. L'augmentation de la subvention de 100 000 à 682 000 francs sera formellement décidée à la fin de l'année au moment du budget."La saga des Docks va continuer, on va recommencer, c'est le mouvement perpétuel", a déploré la municipale de la culture Silvia Zamora en faisant allusion notamment au dépôt de nouvelles motions sur la salle. Elle a souhaité que la guerre cesse et que l'on se tourne vers le futur.Ouverts en décembre 2005, les Docks ont connu d'emblée de graves difficultés. Celles-ci ont conduit au licenciement avec effet immédiat du directeur Emmanuel Gétaz puis à la démission en mars du président du Conseil de Fondation Jean-Baptiste Ferrari.Début février, au plus fort de la crise, la commission des finances a accordé un premier crédit d'urgence de 393 000 francs pour couvrir une partie des dettes 2006 (103 000 francs), les salaires de janvier à juin 2007 (237 000) et une indemnité de départ de 53 000 francs pour l'ancien directeur. En début de soirée, l'examen du rapport d'enquête a permis à la droite de réitérer ses critiques contre la Municipalité actuelle et précédente. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.