Les patrons affichent un optimisme record au WEF 2007

DAVOS - Plus de 90% de chefs d'entreprise se disent optimistes face aux perspectives de croissance. Une confiance qui adoublé en cinq ans, révèle la 10e étude mondiale de PricewaterhouseCoopers publiée lors du Forum économique mondial (WEF) de Davos (GR).Sur 1084 personnes interrogées dans 50 pays, 52 % se sont déclarées "très confiantes" et 40% "relativement confiantes" quant à la croissance des revenus de leur société pour les douze prochains mois. Sur trois ans, ce taux de confiance global reste très élevé à 93%, précise l'étude menée au 4e trimestre 2006.Les pays les plus cités pour leurs opportunités de croissance sont les pays BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), suivis du Mexique, de l'Indonésie, du Vietnam, de la Corée du Sud et de la Turquie. C'est généralement le pays en voie de développement le plus proche qui est considéré comme celui qui offre les meilleures possibilités.La globalisation continue s'avère bénéfique tant pour les marchés des pays développés que pour ceux des pays émergents, estiment 75% des dirigeants d'entreprise. La croissance passe par une meilleure pénétration des marchés existants (23% des avis) et l'expansion géographique (21%).Les contraintes réglementaires et la pénurie de compétences représentent les entraves les plus importantes à la croissance, indique l'étude publiée mercredi. Les risques non-commerciaux tels le terrorisme, le manque de ressources naturelles et l'instabilité politique sont considérés comme des menaces moindres.Les changements climatiques commencent à inquiéter davantage: 40 % des patrons interrogés expriment des craintes à ce sujet. Ce chiffre grimpe à 58 % dans la région Asie-Pacifique et chute à 18 % en Amérique du Nord.Près de la moitié des chefs d'entreprise déclarent avoir réalisé une fusion ou une acquisition transfrontalière, ou prévoient de le faire au cours des douze prochains mois. Dans la majorité des cas, l'objectif est l'accès à de nouveaux marchés. Les fusions ou acquisitions sont plus fréquentes en Europe occidentale, révèle le sondage.L'impact de la globalisation sur la culture serait plutôt positif, estiment les dirigeants interrogés. Dans les pays développés, 43 % d'entre eux trouvent qu'une globalisation plus importante réduit les différences culturelles. Ce pourcentage monte à 58 % dans les économies émergentes. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.