Ouverture de la conférence de l'UIT à Antalya

ANTALYA - La 17e conférence des pays membres de l'Union internationale des télécommunications UIT s'est ouverte à Antalya, en Turquie. Elle désignera le nouveau secrétaire général de l'UIT, parmi six candidats, dont le Suisse Marc Furrer.Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a ouvert la conférence, organisée tous les quatre ans, en présence de près de 2000 délégués de plus de 150 pays. Les délégués doivent discuter jusqu'au 24 novembre de plusieurs projets de réformes, du budget et du fonctionnement de l'organisation.Dans son discours d'ouverture, le secrétaire général de l'UIT Yoshio Utsumi a plaidé pour que l'UIT ne soit pas seulement une agence de régulation technique, mais s'engage pour le développement des technologies de l'information au service de l'humanité."Je crois fermement que que si nous n'agissons pas, nous allons perdre notre pertinence dans la révolution de l'information. L'avenir de l'UIT est en jeu", a-t-il mis en garde.Les délégués éliront le nouveau patron de l'UIT pour succéder au Japonais, en fonction depuis huit ans, à partir de jeudi, a précisé l'organisation dans un communiqué. Six candidats sont en lice, dont le Soleurois Marc Furrer (55 ans), président de la Commission de la communication (ComCom) et ex-chef de la délégation suisse au sommet mondial sur la société de l'information (SMSI).L'Allemand Matthias Kurth, président de l'Autorité de régulation des postes et des télécommunications, semble partir favori. Le Brésil présente Roberto Blois (actuel secrétaire général adjoint de l'UIT), la Tunisie son ministre des télécommunications Montasser Ouali, le Mali Hamadoun Touré, directeur de la section développement à l'UIT et la Jordanie Muna Nijem.Dans une interview publiée sur le site internet de l'organisation (www.itu.int), Marc Furrer s'engage notamment, s'il est élu, à donner la priorité à l'application des décisions prises lors du SMSI, à Genève en 2003 et à Tunis en 2005.Il se prononce pour des actions concrètes afin de réduire la fracture numérique et éviter que l'UIT ne retombe dans son "image technocratique". Il s'engage aussi à trouver de nouvelles ressources et de nouveaux partenaires, notamment dans le secteur privé. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.