Plainte contre des dirigeants de SAirGroup rejetée: graves lacunes

ZURICH - La plainte du ministère public du canton de Zurich contre 19 ex-responsables de SAirGroup, rejetée par le tribunal, présentait de graves lacunes. Seul l'acte d'accusation contre Mario Corti, ancien président du conseil d'administration, est clairement décrit.En revanche, les agissements des autres protagonistes concernés par l'assainissement du bilan de SAirLines sont lacunaires, affirme le "Tages-Anzeiger". C'est notamment le cas pour l'ex-chef des finances Georges Schorderet. Le parquet n'a pas indiqué quels dommages le groupe aurait eu à subir si l'assainissement incriminé n'avait pas eu lieu.Autre exemple de manquement: le cas de la filiale Roscor. Le ministère public, qui parle de gestion déloyale, estime que le dommage pour SAirGroup s'élève à 103 millions de francs au moins, un chiffre difficilement compréhensible. De même manque le lieu de la malversation.Enfin, le tribunal de district s'interroge à plusieurs reprises dans quelle mesure les services du procureur font la différence entre les termes "groupe" et "holding". Selon le tribunal, la confusion provient peut-être du fait que le nom SAirGroup peut aussi être compris comme la raison sociale du groupe bien qu'il s'agisse de la holding.Mercredi dernier, le tribunal de district de Bülach a demandé aux autorités judiciaires de reprendre le dossier. Il avait seulement indiqué que l'acte d'accusation manquait de précisions. Arguant qu'il ne s'agissait que d'une étape dans la procédure, il ne motivait pas son rejet.Le dossier, qui compte quelque 4150 classeurs fédéraux, a requis quatre années et demi d'enquête de la part des services économiques du ministère public du canton de Zurich. Le début du procès est prévu entre mi-janvier et mi-mars 2007. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.