Serono ne veut plus vendre et confirme des acquisitions

GENèVE - Serono n'est plus à vendre. La famille Bertarelli, actionnaire majoritaire, a mis fin à plus de cinq mois de discussions sur la vente du groupe genevois, jugeant que les propositions reçues "ne prenaient pas suffisamment en compte les perspectives d'avenir".L'entreprise a opté pour la poursuite sur la voie de l'indépendance. Elle entend ainsi se développer par ses propres moyens en investissant dans ses activités existantes. La multinationale poursuivra également "activement les opportunités de croissance au travers d'acquisitions", a expliqué Ernesto Bertarelli, patron de Serono.Elle avait déjà donné un signal en ce sens en annonçant il y a dix jours une augmentation de capital.Le conseil d'administration proposera à l'assemblée générale du 25 avril une augmentation du capital autorisé de 190,47 millions de francs par l'émission de 7'618'860 nouvelles actions au porteur d'une valeur nominale de 25 francs pièce. Selon certaines estimations, Serono pourrait lever jusqu'à 4 milliards de francs.Ce capital autorisé serait valable durant deux ans, soit jusqu'au 25 avril 2008. Le numéro un européen des biotechnologies a par ailleurs précisé que l'opération pourrait être effectuée en une seule fois ou en plusieurs tranches.Avec le message délivré lundi, il paraît que le groupe genevois écarte non seulement l'option d'une vente à un tiers, mais aussi celle d'une fusion. Reste qu'aux yeux des analystes, Serono affiche pour l'heure une trop grande dépendance à son médicament contre la sclérose en plaques Rebif, qui génère plus de 50% de ses ventes.L'action Serono a ouvert en chute lundi à la Bourse suisse, après l'annonce par la multinationale genevoise de sa décision de rester indépendante. Le titre plongeait de 9,4% à 835 francs dans les premiers échanges. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.