Swiss Pilots n'a pas une culture absentéiste, estime le syndicat

BASSERSDORF ZH - Le syndicat Swiss Pilots rejette le qualificatif d'absentéistes qui colle à la peau de ses membres. L'annulation de vols européens par la compagnie Swiss est davantage un signal selon lequel les pilotes évoluent à la limite de leur capacité de travail.La situation s'explique par plusieurs facteurs, a indiqué Swiss Pilots. A commencer par la durée du temps de travail qui peut atteindre 60 heures par semaine. Le syndicat, qui est en discussion avec Swiss sur le statut des pilotes européens, ajoute que l'on exige parfois de ces derniers une disponibilité allant jusqu'à 28 jours par mois.De plus, les employés concernés effectuent jusqu'à cinq décollages et atterrissages par jour, sont soumis à des modifications d'engagement à court terme et à des temps de repos minimaux, précise le syndicat qui rassemble des pilotes de la défunte Crossair.Globalement, Swiss Pilots rappelle que ses membres sont animés par une culture fondée sur la sécurité, intégrant une philosophie d'engagement uniquement lorsque les conditions physiques et psychologiques sont réunies. Le syndicat se bat pour obtenir le même statut que les pilotes volant avec Airbus.La différence de traitement entre les deux catégories est considérable. Les pilotes d'Airbus sont syndiqués dans Aeropers, en tant qu'anciens de Swissair. Ceux de l'ex-Crossair volent avec des Jumbolino (appareils de type Avro) et ont fait grève le 26 septembre pour obtenir une relance des discussions.Pas plus tard que vendredi, Swiss a annoncé devoir annuler 112 vols au cours de la seconde quinzaine d'octobre, en raison d'un fort absentéisme des pilotes de sa filiale Swiss European. Cette réduction du trafic représente 2,7% des vols de cette entité. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.