Swissmetal: rachat d'une ex-filiale allemande - colère à la Boillat

BERNE/ZÜRICH/NEUCHâTEL - Empêtré dans le conflit à son usine de Reconvilier (BE) et confronté à un important reflux de ses commandes, Swissmetal a annoncé le rachat de l'usine allemande Busch-Jaeger. Une décision qui a provoqué la colère dans le Jura bernois.En effet, les produits de cette entreprise de Rhénanie du Nord-Westphalie "correspondent à 90% à ceux de Reconvilier", comme l'a souligné le patron de Swissmetal Martin Hellweg. "Déjà planifiées, les discussions avec Busch-Jaeger se sont intensifiées ces derniers jours en raison de la grève", a-t-il précisé.Depuis le début de ce mouvement, de très nombreux clients ont dû trouver d'autres fournisseurs, ce qui a entraîné une forte baisse des commandes. Avec le rachat de Busch-Jaeger, "nous pouvons désormais en récupérer une partie", a noté le président du groupe métallurgique soleurois, Friedrich Sauerländer.Il faudra repenser la distribution des tâches et des 75 millions de francs d'investissements prévu entre les trois sites de Dornach (SO), Reconvilier et de Lüdenscheid, a averti M. Sauerländer.Ce dernier, comme Martin Hellweg, a souligné son intention de poursuivre l'exploitation de la Boillat, en grève depuis 17 jours. Pourtant, grévistes et syndicats considèrent le rachat de la firme d'outre-Rhin comme un clou de plus dans le cercueil de l'usine bernoise.Pour Unia, Swissmetal sabote la médiation de Rolf Bloch, mise en place jeudi soir par le conseiller fédéral Joseph Deiss. Selon le syndicat, la direction du groupe a envoyé aux grévistes un courrier recommandé dans lequel il les menace de licenciement."La direction a fait la démonstration qu'elle n'a plus envie de notre entreprise", a déploré Nicolas Wuillemin, porte-parole des grévistes. Ceux-ci ont décidé de reconduire leur mouvement, alors qu'une grande manifestation de soutien aux ouvriers est prévue samedi à Reconvilier.Un pool de clients de Swissmetal a garanti sa fidélité au site du Jura bernois. Ces entrepreneurs, représentant 50% des ventes du groupe, ont fait vendredi devant la presse l'éloge des produits délivrés depuis Reconvilier. Les entrepreneurs ont toutefois exigé la reprise du travail dès lundi.Enfin, les cadres de la Boillat et les responsables syndicaux ne pourront plus empêcher les camions dépêchés par la direction de venir chercher du matériel à Reconvilier, sous peine de sanctions pénales, a décidé le tribunal civil de Moutier. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.