Vin mousseux oui, champagne non: la crise réduit la consommation

Le bouchon saute et les bulles coulent à flots. A Nouvel-An, on trinque avec les incontournables mousseux. Le plus noble d'entre eux, le champagne, n'est plus roi. Les ventes de ces vins de fête représentent jusqu'à un tiers du chiffre d'affaires de fin d'année des commerçants.Les producteurs de champagne tablent, pour 2009, sur un recul des ventes pouvant aller jusqu'à 16%. Le repli s'est déjà amorcé en début d'année déjà: les viticulteurs ont enregistré une baisse de l'ordre de 10% environ au premier trimestre, avait indiqué à l'époque le Syndicat général des vignerons de la Champagne (SGV). /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.