Aide au Liban: le CICR renforce ses opérations

GENèVE - Le CICR a décidé de renforcer considérablement ses opérations dans le sud du Liban. Il a lancé un appel de cent millions de francs pour couvrir les besoins d'ici la fin de l'année, a annoncé l'organisation."Nous livrons une course contre la montre", a affirmé le délégué général pour le Moyen-Orient Balthasar Staehelin lors d'une conférence de presse à Genève. La population civile est "prise au piège" des combats dans les villages du sud du Liban, a-t-il indiqué."Il faut y avoir accès le plus rapidement possible", a déclaré le responsable du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). L'organisation prévoit de distribuer une aide médicale à 650'000 personnes et de l'aide alimentaire pour 200'000 Libanais. Plus d'un million de civils ont en outre besoin d'une aide en eau potable.Par ailleurs, l'ONU a acheminé deux nouveaux convois dans le sud du Liban, l'un à Jezzine, l'autre à Saïda, a annoncé la porte-parole du PAM à Genève. Les mouvements de population continuent du sud vers le nord du pays, selon les Nations Unies.Un premier convoi d'aide alimentaire avait rejoint Tyr mercredi. "Nous espérons la semaine prochaine pouvoir organiser deux convois par jour", a affirmé la porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM), Christiane Berthiaume.Huit camions avec 30 tonnes de farine et 15 tonnes de boîtes de conserve, de couvertures et d'abris sont parvenus à Jezzine. Dix camions avec 18 tonnes de nourriture et d'autres secours ont atteint Saïda, a précisé la porte-parole.Dimanche, un convoi est prévu pour Marjayoun et lundi pour Nabatieh, toujours dans la partie sud du Liban. Deux avions de l'ONU doivent en outre installer à la frontière syro-libanaise 20 entrepôts avec cinq générateurs destinés à stocker les secours d'urgence. Selon l'ONU, entre 700'000 et 800'000 personnes ont besoin d'aide.L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé d'envoyer trois experts à Beyrouth pour évaluer la situation nutritionnelle des personnes déplacées. L'agence de l'ONU ainsi que l'UNICEF sont particulièrement préoccupées par l'apparition de maladies diarrhéiques dans les écoles où s'entassent les déplacés à Beyrouth. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.