Angela Merkel en France: le changement dans la continuité

PARIS - Le président français Jacques Chirac et la nouvelle chancelière allemande Angela Merkel ont marqué leur volonté de relancer la relation franco-allemande au service de l'UE. Ils prônent également "une Europe politique et sociale". La chancelière chrétienne-démocrate avait réservé à la France son premier déplacement officiel, au lendemain de son investiture par le Bundestag, dans un geste destiné à souligner la pérennité de l'axe Paris-Berlin. M. Chirac a répondu de deux baisemains à la politesse d'"Angie", dont la visite à l'Elysée s'est déroulée dans une atmosphère chaleureuse. "Il ne s'agit pas d'un rituel mais d'un suivi pour montrer que la relation franco-allemande est une relation amicale, intense, non seulement importante pour nos deux pays mais aussi essentielle pour l'Europe", a dit Mme Merkel lors d'une conférence de presse commune. Le président français a fait écho à ses voeux. "L'expérience le prouve: si nous ne nous entendons pas, le système se bloque", a-t-il plaidé. Les deux dirigeants se sont "mis immédiatement d'accord" pour reprendre la formule des rencontres informelles dites de Blaesheim qui avaient cours toutes les six à huit semaines entre MM. Chirac et Schröder. Mme Merkel a du même coup invité Jacques Chirac à Berlin au début décembre. Elle a annoncé un conseil des ministres franco-allemand au printemps prochain "quand nos ministres, dans leurs différents domaines de compétence, se seront mieux connus". La rencontre a permis aux deux dirigeants d'assurer que leurs pays appelaient tous deux de leurs voeux "une Europe politique et sociale" et que l'Europe devait comporter "un axe franco-allemand réellement solide" pour bien fonctionner, a souligné M. Chirac. Mme Merkel a en outre eu un petit mot sur la prise en compte des besoins des nouveaux Etats membres de l'Est de l'Europe. A l'occasion de cette visite, Mme Merkel était accompagnée de son chef de la diplomatie social-démocrate Frank-Walter Steinmeier. Ce duo reflète l'équilibre délicat de la "grande coalition" entre conservateurs et sociaux-démocrates. La préparation du sommet européen des 15 et 16 décembre à Bruxelles, qui aura la rude tâche de trouver un accord sur le budget communautaire pour 2007-2013, a été un des thèmes principaux de l'entretien à l'Elysée. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.