Ankara fait un "geste" vers Nicosie: confusion dans l'UE

HELSINKI - L'UE a annoncé que la Turquie lui avait proposé d'honorer en partie ses engagements en ouvrant un port et un aéroport au trafic chypriote grec. Saisie au bond par les uns, rejetée par les autres, l'offre a semé la confusion dans l'Union.Les autorités turques ont présenté leur proposition à la dernière minute, alors que les ambassadeurs de l'Union européenne (UE) débattaient déjà du nombre de chapitres de la négociation qui seront suspendus si la Turquie continue à refuser d'ouvrir ses ports et aéroports aux navires et aux avions chypriotes, comme elle s'y était pourtant engagée en signant le "protocole d'Ankara".La décision doit être prise lundi par les ministres des Affaires étrangères des Vingt-Cinq voire, en cas de désaccord, par les dirigeants européens réunis les 14 et 15 décembre. Mais la diplomatie turque a une fois de plus montré qu'elle connaissait par coeur les rouages - et les divisions - de l'UE.Ankara a offert à la présidence finlandaise de l'UE d'ouvrir, sans le nommer un "grand port de mer pour les bateaux chypriotes grecs transportant des marchandises chypriotes grecques".Même si le texte évite de parler de conditionnalité, Ankara affirme être également prêt à ouvrir un aéroport aux avions chypriotes. Mais la Turquie y mêle l'ouverture dans la République turque du Nord de Chypre, reconnue seulement par la Turquie, du port de Famagouste et de l'aéroport d'Ercan au trafic international.La mise en oeuvre de ce processus prendrait un an et l'offre est liée à la conclusion dans le courant de 2007 d'un accord sur la réunification de l'île - le précédent plan de paix de l'ONU avait été rejeté par les Chypriotes grecs en 2004.Nicosie a refusé l'ouverture d'un aéroport international - autre que desservant la Turquie - dans le Nord de Chypre. Et d'autres Etats membres sont sur la même ligne.Mais d'autres réactions sont beaucoup plus optimistes. "Si ce pas se confirme, c'est évidemment un pas très important dans le sens de l'application complète du protocole d'Ankara", a déclaré le président de la Commission européenne José Manuel Barroso. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.