Au moins 60 morts dans une série d'attentats à Bagdad

BAGDAD - Un double attentat à la voiture piégée a fait au moins 60 morts à Bagdad. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière depuis l'introduction mercredi du plan de sécurité censé réduire la violence dans la capitale irakienne.Deux voitures piégées ont explosé en milieu d'après-midi à proximité d'un cinéma et d'un marché dans un quartier chiite de l'est de la capitale, le Baghdad Jadida. Selon un bilan des services de sécurité, la double attaque a fait au moins 60 morts et 131 blessés."Où est passée la sécurité?", s'interrogeaient en larmes les proches de personnes touchées, devant un hôpital du centre où les corps de 42 victimes venaient d'être amenés. Une source de cet hôpital, le Kindi, a indiqué qu'au moins dix enfants âgés de cinq à dix ans se trouvaient parmi les morts.Ce double attentat s'est produit alors que l'armée américaine avait noté une baisse des violences depuis le lancement du plan de sécurité destiné à pacifier la ville.Les autorités irakiennes ont lancé officiellement le plan "Faire respecter la loi" (Fardh al-Qanoon) mercredi. Ce plan irako-américain a entraîné depuis une dizaine de jours la multiplication des ratissages et l'installation de nombreux postes de contrôle.Bagdad, où quelque 17'000 personnes ont péri dans des violences confessionnelles en 2006 selon l'ONU, est touchée quotidiennement par des attentats.La chance était du côté de la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice samedi, pour sa visite surprise de quelques heures à Bagdad, relativement calme ce jour-là. Le plan de sécurité suscite de "nouveaux espoirs" et doit "monter en puissance peu à peu", a déclaré, prudente, la secrétaire d'Etat.A Washington, la Chambre des représentants dominée par les démocrates a symboliquement désavoué vendredi la stratégie sécuritaire de George W. Bush en Irak, qui a annoncé le 10 janvier l'envoi de quelque 21 500 militaires supplémentaires. Les députés ont adopté une résolution non contraignante qui "désapprouve" cette stratégie.La Maison Blanche n'entend pas se laisser influence par le vote à la Chambre. Elle a déjà annoncé l'accélération du rythme des renforts, 1000 soldats devant embarquer pour l'Irak en mars, trois mois avant la date prévue. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.