Autriche: Natascha dévoile ses souvenirs à la presse

VIENNE - La jeune Autrichienne Natascha Kampusch n'a pensé qu'à s'échapper pendant ses huit années de captivité. Le désespoir s'est emparé d'elle quand elle a su qu'elle était considérée comme morte, a-t-elle dit lors des premières interview diffusées.Pour la première fois depuis son évasion il y a deux semaines, la jeune femme a évoqué ses années passées dans une cellule aménagée sous le garage de son ravisseur, Wolfgang Priklopil, à Strasshof, près de Vienne. Enlevée à l'âge de 10 ans sur le chemin de l'école, elle a vécu huit ans dans une pièce de 6 m2."J'avais l'impression d'être un poulet en batterie", a-t-elle expliqué au magazine "News". "Je ne cessais de me demander 'pourquoi cela m'arrive-t-il à moi, parmi des millions de personnes?' (...) Je m'étais promis de ne jamais perdre de vue l'idée de m'enfuir.""J'étais obsédée par la fuite", "j'ai toujours songé au moment où le temps serait mûr" pour fuir, mais "je ne pouvais rien risquer", "il était paranoïaque" et menaçant, dit-elle à propos de son ravisseur, qui s'est suicidé peu après la fuite de la jeune femme, âgée de 18 ans.Elle indique, avec un vocabulaire et une grammaire remarquables, qu'elle a souffrert de claustrophobie, mais a été très souvent à l'étage dans la maison de Priklopil.Elle dit, selon "News", "préférer ne pas parler beaucoup de M. Priklopil parce qu'il n'est pas ici pour se défendre. Ce n'est pas beau de dire du mal d'un mort, surtout à cause de sa mère". Mais elle ajoute : "J'ai eu de mauvaises pensées aussi. Parfois j'ai rêvé de le décapiter si j'avais eu une hache".Natascha Kampusch a donné une première interview télévisée sur la chaîne publique ORF. Contrairement à ce qui avait d'abord été annoncé, elle a montré son visage, et ses cheveux étaient cachés par un foulard mauve. Cette précaution doit lui donner les moyens de changer d'apparence si, plus tard, elle le désire.Des photos de la jeune captive sont déjà publiées dans "Kronen-Zeitung", où la jeune fille aux yeux bleus clairs apparaît souriante, seules quelques mèches blondes s'échappant d'un foulardSes projets d'avenir ? elle aimerait étudier la psychologie, le journalisme ou le droit: "J'ai deux projets: l'un pour des femmes au Mexique, enlevées, torturées et violées, et un autre pour les gens qui ont faim en Afrique".L'interview devrait également être diffusée par la télévision suisse. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.