Bush appelle à renouveler le Patriot Act: écoutes poursuivies

WASHINGTON - George W. Bush a affirmé qu'il continuerait à autoriser des écoutes sans mandat de la justice aussi longtemps que les Américains seront confrontés à la menace terroriste. Il a aussi exhorté le Sénat à renouveler le Patriot Act. "J'ai réautorisé ce programme d'écoutes plus de 30 fois depuis les attaques du 11 septembre et j'ai l'intention de le faire aussi longtemps que notre nation est confrontée à la menace persistante d'un ennemi qui veut tuer nos citoyens américains", a déclaré le président lors d'une conférence de presse. Il a annoncé qu'une enquête avait été ouverte pour déterminer l'origine des fuites qui ont révélé l'existence de ces écoutes. Ces révélations constituent, selon lui, un acte "honteux" qui "aide l'ennemi". L'administration Bush, déjà malmenée à cause des moyens employés au nom de la lutte contre le terrorisme, l'est encore plus durement depuis la révélation, par le New York Times, que le président a autorisé, après les attentats du 11 septembre 2001, la mise sur écoutes de plusieurs centaines, peut-être plusieurs milliers de personnes aux Etats-Unis sans mandat de la justice. M. Bush a lui assuré que ces écoutes étaient légales. "J'ai la responsabilité constitutionnelle et l'autorité constitutionnelle pour protéger notre pays", a-t-il dit. Il a souligné que la mise en oeuvre de ces écoutes faisait "l'objet d'un réexamen détaillé environ tous les 45 jours" et que les chefs de file du Congrès avaient été informés plus d'une douzaine de fois. George W. Bush a en outre de nouveau appelé le Sénat à voter le renouvellement de la loi antiterroriste Patriot Act, actuellement bloqué. Il a estimé que les Etats-Unis ne pouvaient pas se permettre d'être sans cette loi "un seul instant". Le Patriot Act accorde des moyens accrus aux forces de l'ordre pour mener des enquêtes antiterroristes. Il avait été adopté dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001. 16 mesures contenues dans cette loi viennent à expiration au 31 décembre. La quasi totalité de l'opposition démocrate, rejointe par 4 élus du parti républicain du président Bush, estime que le projet de loi ne met pas assez de garde-fous aux empiètements des libertés individuelles et aux intrusions des forces de l'ordre dans la vie privée des Américains. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.