Bush appelle les Américains à l'unité - pas de retrait d'Irak

WASHINGTON - Cinq ans après les attentats du 11 septembre, George W. Bush a appelé lundi les Américains à l'unité pour remporter la "guerre contre le terrorisme". Il a aussi invoqué ce combat pour promettre la capture d'Oussama Ben Laden et refuser un retrait d'Irak."Notre nation a subi des épreuves, et le chemin qui nous attend est difficile. Remporter cette guerre (contre le terrorisme) exige l'effort d'un pays uni", a affirmé le président américain dans un discours solennel à la Nation. "Nous devons donc laisser de côté nos différences, et travailler ensemble pour passer cette épreuve que l'Histoire nous a imposée", a-t-il ajouté.Critiqué par certains démocrates pour ne pas avoir arrêté ben Laden lorsque l'occasion aurait pu se présenter, fin 2001, le chef de la Maison blanche a réitéré sa promesse de traquer le chef spirituel d'Al Qaïda."Oussama ben Laden et d'autres terroristes continuent à se cacher. Le message que nous leur adressons est clair: peu importe le temps que cela prendra, l'Amérique vous trouvera et vous jugera", a-t-il asséné.Le "Washington Post" écrivait dimanche que la traque de ben Laden, dont on croit qu'il se cache dans les montagnes à la frontière pakistano-afghane, était au point mort depuis plus de deux ans.Le président américain a par ailleurs reconnu que l'ex-dirigeant irakien Saddam Hussein n'était pour rien dans les attentats du 11 septembre. Mais, "quelles que soient les erreurs qui ont été commises en Irak, la plus grave serait de croire que, si nous retirions (nos militaires), les terroristes nous laisseraient en paix", a-t-il dit."Ils ne nous laisseront pas en paix. Ils nous suivront. La sécurité de l'Amérique dépend de l'issue du combat mené dans les rues de Bagdad", a-t-il dit, affirmant que l'Irak était l'un des théâtres d'un "combat idéologique décisif de ce 21e siècle" et que ce combat n'en était qu'à ses "premières heures"."On a appelé ce combat choc des civilisations. En vérité, c'est un combat pour la civilisation. Nous nous battons pour préserver le mode de vie des pays libres", a-t-il dit. Il a aussi justifié ce combat par sa volonté de répandre la démocratie au Proche-Orient et d'offrir "une autre voie que l'extrémisme". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.