Bush, "inquiet", appelle Bagdad à prendre des mesures audacieuses

WASHINGTON - Le président américain George W. Bush a déclaré qu'il était, à moins de 15 jours d'élections aux Etats-Unis, "très inquiet" face à la situation en Irak. Il a demandé au gouvernement de ce pays de prendre des "mesures audacieuses".La patience des Etats-Unis n'est "pas illimitée", a-t-il souligné lors d'une conférence de presse. "Les événements du mois écoulé m'inquiètent beaucoup, et inquiètent également beaucoup le peuple américain", a-t-il déclaré."Ce mois-ci nous avons perdu 93 militaires en Irak, le nombre le plus élevé depuis octobre 2005. Dans la même période, plus de 300 membres des forces de sécurité irakiennes ont perdu la vie dans des batailles, et des civils irakiens ont subi des violences innommables commises par des insurgés terroristes, des milices, des groupes armés et des criminels", a-t-il ajouté.M. Bush a toutefois apporté son soutien au Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, assurant qu'il est "l'homme qu'il faut pour atteindre les buts (recherchés) en Irak".Sous pression pour changer de stratégie en Irak, il a promis d'expliquer comment les Etats-Unis adaptent leur "tactique pour aider le gouvernement irakien à prendre le contrôle de la situation de sécurité"."Nos objectifs restent inchangés. Nous sommes souples sur nos méthodes pour atteindre ces buts", a dit M. Bush. "De même que l'ennemi change de tactiques, nous changeons aussi de tactiques", a-t-il fait valoir.Le président a défendu la poursuite de l'engagement américain en Irak, soulignant que "vaincre les terroristes en Irak était essentiel pour faire échouer la cause de l'extrémisme au Moyen-Orient".Le Premier ministre Nouri al-Maliki s'est engagé à prendre en main le problème des milices confessionnelles qui font chaque jour des dizaines de morts en Irak et défient le pouvoir central. "L'Etat seul a le droit de porter des armes. Nous nous occuperons de tous ceux qui sont hors la loi", a-t-il dit.Dans le monde, si le Premier ministre britannique Tony Blair a affirmé à la chambre des Communes qu'il n'y aurait aucun changement dans la stratégie de Londres en Irak, la France a appelé à l'émergence d'une "perspective" de retrait des forces étrangères d'Irak. Les Etats-Unis comptent quelque 140'000 militaires en Irak. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.