Bush plaide l'unité sur l'Irak en concédant le minimum au Congrès

WASHINGTON - George W. Bush a proposé à ses adversaires démocrates de coopérer pour surmonter le fossé creusé par la guerre en Irak. Dans son discours annuel sur l'état de l'Union, il a toutefois persisté dans une stratégie en rupture avec l'opinion américaine."L'Amérique n'a pas le droit d'échouer en Irak, parce que vous comprenez que cela aurait des conséquences funestes et de grande ampleur", a-t-il estimé, appelant les démocrates, désormais majoritaires dans les deux chambres du Congrès, à laisser une "chance" à sa nouvelle stratégie.Il a toutefois défendu la décision annoncée moins de deux semaines plus tôt de dépêcher 21'500 soldats supplémentaires pour empêcher l'Irak de sombrer dans le chaos, estimant qu'elle représentait "la meilleure chance de succès". L'Irak a pourtant fortement contribué à la défaite des siens aux élections parlementaires de novembre et certains des républicains les plus éminents ont rejoint les démocrates dans la résistance au plan de M. Bush.Le président américain a en outre réaffirmé sa volonté de promouvoir la démocratie au Proche-Orient, qu'il considère comme un élément essentiel du "combat idéologique" des Etats-Unis contre les terroristes.Plus impopulaire que jamais, menacé de paralysie politique au Congrès, le président américain a a tendu la main à ses adversaires, en leur proposant de travailler ensemble à des initiatives de politique intérieure, comme la réduction de 20% sur dix ans de la consommation d'essence des Américains. A cette fin, il a annoncé son intention de renforcer avec l'appui du Congrès les normes imposées aux voitures particulières et de favoriser les carburants alternatifs et renouvelables.Face au changement climatique, il entend faire en sorte que les émissions de dioxyde de carbone des voitures particulières, des 4 X 4 et des camions légers cessent de croître au cours des dix années à venir. Au nom de la sécurité des approvisionnements, il a annoncé le doublement d'ici à 2027 de la réserve stratégique de pétrole des Etats-Unis.En dépit des appels des alliés des Etats-Unis ou des groupes de pression, il a cependant persisté dans son rejet des quotas d'émissions de gaz à effet de serre.Il a aussi proposé des déductions fiscales pour favoriser l'accès à une couverture médicale dont sont dépourvus plus de 40 millions d'Américains. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.