Californie: les injections mortelles anticonstitutionnelles

LOS ANGELES - L'interminable agonie d'un condamné à mort a obligé la Floride à suspendre toutes ses exécutions. Le même jour, un juge de Californie a estimé que donner la mort par triple injection violait la Constitution.Mercredi soir, attaché sur la table d'exécution, Angel Nieves Diaz, 55 ans, avait une aiguille dans chaque bras quand il a pu protester une dernière fois de son innocence. Puis les autorités ont administré les produits mortels, chargés successivement de l'endormir, de le paralyser, puis d'arrêter son coeur.Mais au lieu de s'éteindre paisiblement en quelques minutes, Angel Nieves Diaz a grimacé, frissonné, lutté pour respirer, les yeux grands ouverts, avant d'être pris de convulsions et de mourir au bout d'une longue demi-heure: les aiguilles étaient trop enfoncées et les poisons ont été injectés hors de ses veines.Angel Nieves Diaz avait pourtant déposé des recours pour contester cette méthode d'exécution, tout comme nombre de ses codétenus. Spécifiquement autorisés en juin par la Cour suprême du pays, ces recours avaient été balayés par la justice de Floride.Le gouverneur de l'Etat, Jeb Bush, a annoncé une suspension des exécutions et la création d'une commission d'enquête chargée de rendre ses conclusions le 1er mars sur la procédure de l'injection mortelle et son application dans les prisons de l'Etat.Le débat sur la souffrance potentielle des condamnés exécutés par triple injection est né l'année dernière, quand une étude a révélé que certains cadavres de condamnés ne présentaient que de très faibles doses de sédatif, laissant supposer qu'ils ont pu rester conscients pendant l'injection des deux autres produits, extrêmement douloureux.Dans plusieurs autres Etats, comme le Missouri (centre), le Kentucky (centre-est), le Dakota du Sud (nord), des recours similaires ont provoqué une suspension des exécutions, dans la mesure où la plupart des solutions proposées par les tribunaux se sont heurtées au refus des médecins d'intervenir dans la procédure. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.