Caricatures de Mahomet: près de 100'000 manifestants au Niger

TéHéRAN - Des manifestants ont pénétré dans l'ambassade du Danemark à Téhéran en lançant des cocktails Molotov. Au Niger, 100'000 personnes ont manifesté contre les caricatures de Mahomet. 4 Afghans ont en outre été tués dans l'attaque d'un camp norvégien.Entre 20 et 30 manifestants ont brièvement pénétré dans l'enceinte de l'ambassade du Danemark, en franchissant le mur, alors que d'autres, au sein d'une foule estimée entre 200 et 300 personnes, ont lancé des projectiles, y compris incendiaires sur le bâtiment.Il y a eu des bousculades avec la police qui tentait de les maintenir à distance du bâtiment. Des manifestants avaient déjà brièvement pénétré dans l'enceinte lundi soir, avec des jets de cocktails Molotov.Le porte-parole de la diplomatie iranienne Hamid Reza Assefi a déclaré à la télévision que les autorités "ont dit au peuple iranien de ne pas violer les territoires diplomatiques".Mardi, comme la veille, les manifestants appartenaient à la milice islamiste des bassidjis. Ce corps de volontaires, rattaché à celui des Gardiens de la révolution, compte officiellement quelque neuf millions de membres."Une grande question se pose pour les musulmans: la liberté d'expression occidentale autorise-t-elle que l'on évoque des sujets tels que les crimes commis par Israël ou l'Amérique ou un incident comme l'Holocauste ou cette liberté d'expression n'est-elle bonne qu'à insulter les valeurs sacrées des religions divines?", interroge le journal "Hamshahri"."Hamshahri, loin de toute attitude conflictuelle ou de comportement déraisonnable, invite les artistes du monde entier à user de cette liberté d'expression pour faire parvenir des caricatures sur ces thèmes afin de participer au concours", poursuit le quotidien iranien.A Niamey, près de 100'000 Nigériens ont manifesté, mais dans la division, pour condamner la publication de caricatures du prophète Mahomet dans la presse européenne. La manifestation avait été organisée par le collectif des organisations islamiques du pays."Il s'agit d'une grave offense à l'islam, religion de paix et de tolérance", a dit Salifou Ahmed Lazaret, prédicateur, membre du collectif qui a manifesté sur la place Toumo, dans l'est de la capitale nigérienne. Le collectif avait prévu une marche mais celle-ci a été interdite par les autorités. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.