Catastrophe aux Philippines: des sons en provenance de l'école

GUINSAUGON - Trois jours après la coulée de boue meurtrière dans un village du centre des Philippines, des secouristes ont indiqué avoir détecté des sons. Ces bruits pourraient provenir de l'école ensevelie avec ses 246 élèves et enseignants."Nous avons entendu des bruits de pierres frappées ou grattées", a indiqué Ted Esguerra, responsable de l'équipe des secouristes des gardes-côtes philippins à pied d'oeuvre dans le village de Guinsaugon, dans la partie sud de l'île de Leyte.Les sons ont été captés grâce à de nouveaux appareils fournis par des spécialistes malaisiens. "Nous ne sommes pas sûrs à 100%, mais nous pensons avoir trouvé la zone où se trouve l'école", a-t-il précisé depuis le sommet d'un monticule perdu au milieu des 9 km2 de la coulée de boue.Un témoin, qui a assisté à l'éboulement depuis un poste en surplomb, a pu pointer la surface où serait ensevelie l'école, sous "22 à 24 mètres de terre", selon le secouriste."Les chances sont très faibles mais il y en a encore", a-t-il estimé. "Si la coulée de boue a été arrêtée par un obstacle avant de toucher l'école, des poches d'air peuvent subsister. Mais, si rien ne l'a stoppée, c'est encore pire qu'une avalanche", a-t-il expliqué. La boue, extrêmement spongieuse, "n'est pas du tout poreuse et ne laisse pas passer d'air", a-t-il ajouté.Lundi matin, une cinquantaine de secouristes, parmi lesquels 30 Marines américains, se préparaient à forer un tunnel dans le magma de boue et de roches. Ils vont tenter d'atteindre l'école et la salle des fêtes du village qui, elle, ne serait recouverte que d'une dizaine de mètres de terre et où une association féminine organisait une célébration lors du drame.A la base d'un monticule de boue, une dizaine de Marines suaient sang et eau à pelleter le sol. "On a détecté des sons ce matin", explique Benjamin Hong, assistant auprès de l'ambassade de Taïwan à Manille qui coordonne l'équipe de secours de son pays composée d'une quinzaine de personnes."Mais ils pourraient aussi provenir de mouvements de roche ou d'eau, donc nous avons demandé aux Marines de creuser quelques mètres encore pour pouvoir utiliser des détecteurs de mouvements", a-t-il dit.Selon le Bureau de la protection civile philippine, 72 corps ont été dégagés depuis vendredi. Le Bureau a également revu à la baisse, lundi, son estimation du nombre de disparus à 913 contre 1408 la veille. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.