Collision entre deux trains en France: au moins 5 morts

METZ - Au moins cinq personnes ont été tuées dans une collision entre un train de voyageurs et un train de fret dans le nord-est de la France, près de la frontière avec le Luxembourg. L'accident pourrait être dû à une erreur d'aiguillage.Un certain flou régnait en début de soirée sur le bilan de cet accident. Un porte-parole de la cellule de crise activée de la préfecture de Metz faisait état de cinq morts "confirmés", dont les deux conducteurs luxembourgeois du train de voyageurs. Mais un nombre indéterminé de personnes étaient "encore incarcérées, ce qui peut encore faire évoluer le bilan" a indiqué le porte-parole.Auparavant, la direction régionale des chemins de fer avait fait état de douze morts et de 21 blessés, dont "plusieurs" grièvement atteints.Le choc entre les deux convois - un train luxembourgeois de voyageurs et un train de marchandise français - a été frontal. La motrice du train de fret est passée par dessus la première voiture du TER luxembourgeois à deux niveaux. Plusieurs de ses wagons se sont renversés sur le côté.Selon un responsable politique local, Bernard Mertz, l'accident serait dû à une "erreur d'aiguillage des Luxembourgeois". Une information que le porte-parole de la Société nationale des chemins de fer luxembourgeois (CFL), Paul Polfer, ne pouvait "ni confirmer ni démentir".Le directeur exécutif de la SNCF Guillaume Pépy a de son côté indiqué devant la presse à Paris que le conducteur du train de marchandises était passé normalement au vert et qu'il n'avait donc "pas franchi un signal au rouge". "Une enquête est en cours pour déterminer ce qui s'est passé du côté luxembourgeois", a-t-il ajouté.La nationalité des victimes n'était pas immédiatement connue. Le train de voyageurs de la CFL était surtout emprunté par des travailleurs frontaliers français. Environ 57'000 personnes traversent la frontière chaque jour depuis la Lorraine pour aller travailler au Luxembourg.La SNCF a précisé sur son site internet que le trafic avait été totalement interrompu entre Thionville et Luxembourg et que cette interruption pourrait durer 48 heures.Le président Jacques Chirac a exprimé sa "vive émotion" et demandé au gouvernement de "faire rapidement toute la lumière sur les circonstances de ce dramatique accident".Les syndicats ont réclamé l'amélioration de la sécurité ferroviaire. "Cet événement démontre que les demandes réitérées de FO cheminots sur un renforcement de la sécurité ferroviaire sont pleinement justifiées", a déclaré Force Ouvrière (FO). /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.