Décès de Milosevic: des failles dans la sécurité de la prison

LA HAYE - La conduite par Slobodan Milosevic de sa propre défense a causé des failles dans la sécurité de la prison, selon le rapport du TPI qui réaffirme l'origine naturelle de son décès. L'ex-président yougoslave a pu obtenir des médicaments non prescrits.Le texte affirme aussi que le Tribunal a pris les mesures nécessaires pour assurer les soins appropriés à M. Milosevic durant sa détention à l'UNDU."L'arrangement unique établi au Centre de détention des Nations unies (UNDU) pour permettre à (Slobodan) Milosevic de conduire sa propre défense (y) a compromis la sécurité", selon le rapport du vice-président du Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie, Kevin Parker."A cause de ces arrangements, M. Milosevic pouvait obtenir des médicaments que ses médecins traitant de l'UNDU ne lui avaient pas prescrits. Il a été en partie, mais pas totalement, remédié aux failles dans la sécurité", poursuit ce rapport.Le rapport officiel réaffirme toutefois que M. Milosevic est décédé de mort naturelle, à la suite d'une crise cardiaque. Le rapport commandé par le TPI à des experts indépendants nommés par la Suède et l'enquête des autorités néerlandaises arrivaient à la même conclusion.L'ex-président yougoslave est mort le 11 mars à 64 ans, à quelques mois de l'issue prévue de son procès devant le TPI, qui le jugeait depuis plus de quatre ans pour une soixantaine de chefs d'inculpation pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.