Décès du père de l'art video Nam-june Paik

BERN - Le fondateur de l'art vidéo Nam-june Paik est décédé dimanche à Miami, indique le site Internet de cet Américain d'origine coréenne, rapporte l'agence DPA. Le talent de cet artiste d'avant-garde a émergé à la fin des années 1950, en Allemagne.Nam-june Paik est né le 20 juillet 1932 en Corée, dans une famille de riches industriels. Il quitte son pays en 1949 et débarque en Allemagne. Il y rencontre notamment les musiciens John Cage et Karlheinz Stockhausen.Il devient membre du groupe Fluxus créé en 1961, lequel réunit Joseph Beuys, Ben ou Yoko Ono. Ce mouvement remet en question les normes artistiques et les relations entre le spectateur et le créateur. A cette époque, il réalise des bandes sonores mêlant bruits, cris, grincements ou sifflets.Installé à New York depuis 1964, l'artiste s'est intéressé à la télévision en tant que média et instrument de pouvoir. Il utilise le support vidéo dès cette année-là et sa première bande a pour objet la visite du pape Paul VI dans sa ville. Il associe ces images à de la musique électronique ce qui lui vaut d'être traité d'iconoclaste.Avec "Moon is the oldest TV" (1965), il pousse plus loin ses expérimentations en déformant les images. Deux ans plus tard, la police l'arrête ainsi qu'une violoncelliste lors d'une performance artistique. La musicienne s'était présentée au public les seins encadrés dans un soutien-gorge en forme de téléviseur.Autre exemple de son art conceptuel: "Video Fish" (1975) qui réunit 54 aquariums où nagent des petits poissons. Derrière eux, autant de postes de télévision où défilent des images de poissons ou de danseurs de la troupe de Merce Cunningham.Une exposition au Centre Georges-Pompidou, à Paris, lui apporte une renommée internationale en 1982. Il y montre une installation rassemblant 384 moniteurs de télévision. Il franchit un pas de plus en utilisant 1000 moniteurs pour "The more the better" proposé au public des jeux Olympiques de Séoul en 1988.Pour maints critiques, l'une de ses oeuvres-maîtresses est "Modulation in Sync (2000)". Elle comprend un rayon laser vert atteignant une cascade et se reflétant sur des miroirs. Lauréat de maintes récompenses, Nam-june Paik avait épousé la vidéaste Shigeko Kubota. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.