Ehud Olmert a réaffirmé sa volonté de négocier avec Mahmoud Abbas

BERNE - Le premier ministre israélien Ehud Olmert a réaffirmé à Washington sa volonté de négocier avec le président palestinien Mahmoud Abbas. Dans les territoires palestiniens, Hamas et Fatah ont appelé leurs troupes au calme."Je tends la main en signe de paix à Mahmoud Abbas", a déclaré M. Olmert devant le Congrès américain, un privilège réservé aux proches alliés des Etats-Unis. "Nous sommes prêts à négocier avec l'Autorité palestinienne", a-t-il lancé, rappelant ses conditions à un tel dialogue: "cette Autorité doit renoncer au terrorisme, démanteler l'infrastructure terroriste, accepter les accords et engagements passés et reconnaître le droit à l'existence d'Israël".M. Olmert avait déjà annoncé mardi, à l'issue d'un entretien avec George W. Bush, qu'il entendait rencontrer M. Abbas "dans un avenir proche" et qu'il tenterait de négocier avec les Palestiniens avant de recourir à un règlement unilatéral. Il a toutefois prévenu qu'Israël n'attendrait pas "indéfiniment" et n'accorderait pas aux Palestiniens de "droit de veto" empêchant d'avancer vers la paix.Le premier ministre israélien peut se prévaloir du soutien des Etats-Unis à son plan de "réalignement", qui prévoit de démanteler les colonies juives isolées de Cisjordanie, tout en maintenant les plus peuplées. Tout en insistant sur la nécessité de relancer les négociations de paix, M. Bush a jugé "audacieuses" ces "idées", qui pourraient constituer "un pas important vers la paix".Le gouvernement palestinien, dirigé par le Hamas, a accusé le premier ministre israélien de "mentir". "Olmert veut poursuivre son idée de solution unilatérale, loin des Palestiniens. Il ne veut pas s'asseoir à la table des négociations", a-t-il affirmé. L'Autorité palestinienne a elle jugé ces déclarations "peu encourageantes".Au même moment, quatre Palestiniens ont été tués et 60 autres blessés lors d'une incursion de l'armée israélienne à Ramallah, en Cisjordanie. L'affrontement a éclaté lorsque Tsahal a entrepris de capturer Mohamed al Chobaki, chef local et important financier du Jihad islamique. L'Egypte a dénoncé un raid "provocateur".Dans la bande de Gaza, la tension était à son comble à la veille de l'ouverture d'un "dialogue national" entre les différentes factions. De nouvelles violences interpalestiniennes ont coûté la vie à un chef de la sécurité et un activiste de la branche armée du Hamas. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.