Fin d'ultimatum des ravisseurs du soldat israélien: il est en vie

GAZA - L'ultimatum de 24 heures que les ravisseurs d'un soldat israélien avaient lancé à Israël pour obtenir la libération de détenus palestiniens a expiré à 06h00 locales, soit 05h00 suisse. Cette exigence avait été d'emblée rejetée par l'Etat hébreu.Le soldat pris en otage par le commando palestinien "est en vie", a affirmé le porte-parole du gouvernement israélien Avi Pazner. Il s'exprimait sur la chaîne française d'information en continu LCI."Nous savons que jusqu'à maintenant Gilad Shalit est en vie, nous savons qu'il est blessé, qu'il a été visité par un docteur palestinien il y a quelques jours", a affirmé M. Pazner, qui s'exprimait en français. "Nous avons des informations sûres. Jusqu'à l'heure où je vous parle, il est vivant", a-t-il ajouté.A Gaza, les groupes qui détiennent le soldat ont affirmé qu'ils ne voulaient pas le tuer, après l'expiration de l'ultimatum, selon un porte-parole du groupe Armée de l'Islam.L'une des factions qui ont enlevé le caporal israélien a déclaré qu'aucune autre information ne serait donnée sur le sort du captif maintenant qu'Israël a refusé de se soumettre à ses exigences."La discussion est terminée", a déclaré Abou al Moussana, porte-parole de l'Armée islamique dans la bande de Gaza. "Qu'il soit tué ou non, nous ne divulguerons aucune information sur le sort du soldat".Dans un communiqué publié lundi matin, les Brigades Ezzedine Al-Qassam (branche armée du Hamas), les Comités de la résistance populaire et l'Armée de l'Islam avaient laissé planer la menace d'une exécution sommaire du soldat si leurs demandes n'étaient pas satisfaites.Le texte de ce communiqué ne disait cependant pas explicitement quel serait le sort du soldat si les revendications des ravisseurs n'étaient pas satisfaites ou si au contraire elles l'étaient.Le gouvernement Hamas a estimé lundi soir qu'il restait une "chance" de parvenir à une "formule acceptable" pour obtenir la libération du soldat. Le cabinet dirigé par le mouvement islamiste est dans le collimateur d'Israël qui l'accusen d'être impliqué dans l'enlèvement.Israël a rejeté l'ultimatum des ravisseurs, le Premier ministre Ehud Olmert donnant son feu vert à la poursuite de l'offensive militaire dans la bande de Gaza, la plus importante menée depuis le retrait israélien de ce territoire en septembre 2005. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.