Forte mobilisation contre le CPE avant les négociations de mercredi

PARIS - Au moins 3 millions de personnes, dont 700'000 à Paris, ont manifesté en France contre le CPE. Ces chiffres émanent des syndicats. L'opposition misait sur une forte mobilisation avant d'entamer les négociations sur les amendements au contrat-jeune.Le président Jacques Chirac a été la cible de nombreux slogans et de pancartes à son effigie barrée du mot "menteur". Celui-ci a promulgué vendredi la loi instituant le CPE mais demandé aussi sa révision immédiate, un message ambigu, très mal accueilli par les anti-CPE."Encore une fois, résistance !", ont scandé des jeunes en s'éloignant de la place de la République, à Paris, d'où est parti le cortège vers 14h30. Pour les syndicats, la mobilisation contre le CPE a été comparable, voire supérieure dans certaines villes, à celle du 28 mars qui avait déjà drainé des foules record et marqué un tournant dans le conflit.A Nantes, entre 52'000 et 75'000 personnes, selon les sources, ont manifesté dans le calme. Ils étaient entre 35'000 et 250'000 à Marseille, entre 15'000 et 45'000 à Lyon.Cette nouvelle journée d'action, la 5e en plus de deux mois, devrait déterminer le rapport de forces avant le début de pourparlers avec le parti au pouvoir UMP dirigé par le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy. Les négociations doivent porter sur les deux points à modifier dans le CPE: la durée de la période d'essai et les modalités de licenciement.Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a proposé aux partenaires sociaux de les rencontrer dès mercredi. Les leaders syndicaux ont dit être prêts à répondre positivement à cette invitation, mais seulement pour "parler du retrait du CPE"."Le gouvernement ne baissera pas les bras, il ne se ralliera pas à ceux qui entraînent notre pays dans la voie de l'immobilisme", a martelé Dominique de Villepin à l'Assemblée nationale. Refusant de se placer sur "le terrain de la polémique", le premier ministre a plaidé pour de "bonnes solutions" afin de sortir de la crise.La journée de mardi a été accompagnée de grèves, notamment dans les transports, mais les perturbations étaient moindres que le 28 mars et les aéroports parisiens de Roissy ou Orly ont été peu affectés. Plusieurs liaisons ferroviaires et aériennes avec la Suisse ont néanmoins été perturbées. Tous les TGV au départ de Genève pour le sud de la France ont notamment été supprimés. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.