Grands moyens déployés pour retrouver le scooter du fils de Sarkozy

BERNE - Le leader centriste François Bayrou a dénoncé l'emploi de grands moyens, y compris de tests ADN, pour arrêter les voleurs du scooter du fils de Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence en France et ministre de l'Intérieur. Il a aussi suscité les sarcasmes des motards."Il y a tous les jours, en France, des événements de cet ordre qui ne donnent pas lieu à des déploiements policiers de cette ampleur", a souligné M. Bayrou, également candidat à l'élection présidentielle d'avril-mai. La police a fait procéder à des recherches d'empreintes et d'ADN pour confondre trois jeunes soupçonnés d'avoir volé le scooter d'un des trois fils du ministre de l'Intérieur à Neuilly-sur-Seine, une banlieue huppée de Paris dont M. Sarkozy est l'élu.Tous trois ont été inculpés pour "vol en réunion" et laissés libres. Le scooter, déclaré volé le 7 janvier, avait été retrouvé dix jours plus tard à Bobigny, une banlieue populaire du nord de Paris."Nous vivons dans la France des deux poids, deux mesures", a déploré M. Bayrou. Un policier, interrogé sur les moyens mis en oeuvre, a affirmé que l'enquête avait été "bien menée" avec les moyens "classiquement utilisés".Mais le représentant d'une Fédération de motards, Frédéric Brodziak, a souligné que d'ordinaire la police refusait de se mobiliser pour des vols de deux-roues. "Si désormais on utilise l'ADN pour retrouver les scooters volés, c'est super!", a déclaré M. Brodziak. Selon les statistiques du ministère de l'Intérieur, sur les 85'167 deux-roues dérobés l'an dernier, seuls 6908 vols ont été élucidés, soit un taux 8%. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.