Irak: liste chiite en tête aux législatives

BAGDAD - Les premiers résultats des législatives en Irak confirment la force de l'Alliance unifiée, formation chiite qui avait dominé le scrutin de janvier. Les Américains ont de leur côté annoncé la libération d'ex-responsables du régime de Saddam Hussein. Selon la Commission électorale indépendante, la liste de l'Alliance unifiée irakienne (AUI) a remporté 58 % des voix après le dépouillement de 89 % des urnes à Bagdad. La capitale doit envoyer 59 députés au prochain Parlement de 275 sièges. La liste sunnite du Front de la Concorde irakienne arrive en deuxième position avec 18,6 %, suivie de la liste du chiite laïc Iyad Allaoui (13,5 %). Au sud de Bagdad, zone majoritairement chiite, l'AUI arrive en tête dans les provinces de Babylone, Kerbala, Najaf, Zi Qar, Missane et Bassorah. La liste Allaoui arrive en deuxième position. La coalition kurde l'emporte pour sa part dans les trois provinces kurdes du nord du pays, Souleimaniyah, Dohouk et Erbil, avec notamment 89 % des voix dans la deuxième province après le décompte des voix de 93 % des urnes. L'annonce de ces premiers résultats intervient alors que plusieurs figures de l'ancien régime irakien ont été libérées. "Huit détenus de très haute importance ont été relâchés samedi, dans le cadre d'un processus commencé il y a plusieurs mois et en plein accord avec le gouvernement", a annoncé le lieutenant-colonel américain Barry Johnson. Un avocat irakien a précisé que deux femmes, Houda Saleh Mehdi Amache et Rihab Taha, surnommées "Dr Anthrax" et "Dr Germ" (Microbe), figurent parmi les personnes libérées, dont le nombre, selon lui, est de 24. Selon cet avocat, la décision concernant ces personnes, contre lesquelles "rien n'a été retenu, était destinée à se concilier les Arabes sunnites et à faciliter les relations avec eux dans le contexte des élections législatives". Houda Saleh Mehdi Amache et Rihab Taha étaient soupçonnées d'avoir travaillé au développement de programmes d'armements biologiques de l'ancien régime. "Dr Anthrax", arrêtée en mai 2003, figurait au 53e rang de la liste des 55 dignitaires du régime déchu les plus recherchés. Parmi les détenus libérés figureraient également Houmam Abdel Khaliq, un sunnite, ancien ministre de l'enseignement supérieur et responsable de l'Organisation irakienne pour l'énergie atomique, et Ahmad Murtada, ancien ministre chiite des transports. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.