Iran: 39 morts dans l'accident d'avion militaire à Téhéran

BERNE - Un avion militaire iranien s'est écrasé au décollage à Téhéran, tuant 39 personnes dont 30 membres des Gardiens de la révolution. Ce nouveau crash s'inscrit dans une série d'accidents dus à la vétusté de la flotte civile et militaire du pays.Trente-neuf personnes ont été tuées dans cet accident dont trois ayant succombé à leurs blessures "lors de leur transport à l'hôpital", a affirmé à l'agence de presse semi-officielle Fars un commandant de la police, le général Eskandar Momeni.Selon la télévision, l'appareil de type Antonov 74, de conception soviétique et fabriqué en Ukraine, se rendait à Shiraz, au sud du pays, et s'est écrasé au décollage de l'aéroport international Mehrabad, situé en plein Téhéran.Le chef des Gardiens de la révolution, le général Yahya Rahim Safavi, n'a pas écarté dans un premier temps l'hypothèse d'un attentat avant d'affirmer un peu plus tard qu'il ne fallait pas "préjuger la cause de l'accident avant la fin de l'enquête"."L'avion s'est écrasé au bout de la piste de l'aéroport de Mehrabad, avant de prendre feu. Mais la cause de l'accident n'est pas très claire. Il faut retrouver la boîte noire de l'avion", a affirmé pour sa part le commandant Ahmad Hagh-Talab, responsable des Gardiens de la révolution pour la sécurité des aéroports.D'après le général Momeni, "l'avion s'est écrasé après qu'un de ses moteurs se soit arrêté".La flotte aérienne civile et militaire de l'Iran est dans un état critique à cause de sa vétusté et de son manque d'entretien.Notamment parce que le régime de sanctions américaines interdit la vente à des compagnies iraniennes ou à l'Etat d'appareils américains Boeing, ou d'Airbus, filiale du groupe européen EADS, quand ils comportent une part significative de composants américains.Le régime de sanctions unilatérales a été imposé dans les années 1980, après la révolution islamique de 1979 et la prise d'otages dans l'ambassade américaine à Téhéran. L'embargo touche aussi bien la flotte civile nationale et commerciale que militaire.Toutefois, début octobre, les Etats-Unis ont autorisé, dans un souci de sécurité, la vente de pièces détachées destinées aux moteurs de trois appareils Airbus de la compagnie Iran Air. Ces derniers mois, l'Iran a connu une série d'accidents d'avions militaires et civils. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.