Iran: le rapport de l'AIEA sera transmis au Conseil de sécurité

VIENNE - Les Etats-Unis et l'Europe ont décidé de transmettre comme prévu le rapport de l'AIEA sur le nucléaire iranien au Conseil de sécurité de l'ONU. Ils entendent ainsi contraindre Téhéran à suspendre ses activités d'enrichissement.Américains et Européens ont affirmé que le temps était venu pour le Conseil de sécurité d'intervenir dans la crise afin d'obliger Téhéran à se plier aux résolutions de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).L'ambassadeur américain Gregory Schulte a annoncé la transmission du rapport de l'AIEA à cette instance après la fin de l'examen du document par le Conseil des gouverneurs de l'agence réuni à Vienne. La transmission automatique du rapport était prévue par une résolution de l'exécutif de l'AIEA, adoptée le 4 février.Dans ce texte, le directeur général de l'AIEA Mohamed ElBaradei a constaté que l'Iran avait repris des activités d'enrichissement d'uranium en dépit des demandes contraires de l'agence de l'ONU. Il s'est aussi inquiété de questions non résolues sur la nature et l'ampleur de ses programmes dans le domaine nucléaire."Les dirigeants iraniens avaient un mois pour répondre aux exigences" de la résolution, notamment d'en revenir au moratoire sur l'enrichissement et de coopérer pleinement avec les inspecteurs de l'AIEA. Mais ils les ont toutes ignorées", a déclaré l'ambassadeur des Etats-Unis.Les dirigeants de Téhéran, au lieu de "rétablir la confiance internationale", ont préféré "choisir une voie qui les laisse de plus en plus isolés et exposés à des conséquences importantes", a ajouté le diplomate.Les Etats-Unis souhaitent maintenant enclencher un processus de sanctions pour contraindre Téhéran à renoncer à ses activités sensibles. Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait commencer à débattre du dossier dès la semaine prochaine.Pour autant, diplomates et experts ne s'attendent pas à une adoption rapide de sanctions, tant la Russie et la Chine, notamment, manifestent de fortes réticences.L'Iran est en outre le quatrième exportateur mondial de pétrole et n'exclut pas de recourir à cette arme, même s'il s'agit de sa principale source de revenus.Certains doutent aussi de l'efficacité de sanctions, surtout si l'Iran les interprète comme la marque d'une hostilité américaine et non comme le signe d'une préoccupation internationale. /ATS
Partager
Link

Galerie photos liée

16.04.2011
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.