Italie: Prodi sûr de sa victoire - recomptage de 80'000 bulletins

ROME - Le leader de la gauche italienne Romano Prodi s'est dit sûr de sa victoire aux législatives. Mais Silvio Berlusconi la conteste, et a ordonné la vérification de certains votes et ainsi plongé le pays dans l'attente.La coalition de centre-droit affirme entre autres que plus de 30'000 bulletins de vote des Italiens de Suisse auraient été "perdus". L'ambassade d'Italie à Berne a pour sa part assuré que tous les suffrages ont été envoyés dans les règles à Rome. Le différend porte aussi sur les bulletins "contestés", ces votes non validés mis de côté par les présidents des bureaux de vote qui n'ont pas pu les classer dans les nuls ou les attribuer à un parti.On en recense 43'028 à la Chambre des députés - où le centre-gauche a obtenu la majorité avec seulement 25'224 voix d'avance - et 39'833 au Sénat.Les commissions spéciales ont commencé à reprendre un par un ces bulletins. Elles devraient avoir bouclé leurs contrôles "jeudi ou vendredi" pour la Chambre des députés et "après Pâques" pour le vote des expatriés au Sénat.En attendant, Romano Prodi se veut confiant. "Je n'ai absolumment pas peur d'un renversement de situation", a-t-il martelé. "Il est curieux que Berlusconi soulève tant de doutes alors qu'il a la main sur le ministère de l'Intérieur, qu'il contrôle toutes les données", a-t-il souligné.Romano Prodi devra également attendre la nomination, les 12 et 13 mai, par les nouveaux députés et sénateurs d'un remplaçant au président de la République Carlo Azeglio Ciampi pour pouvoir former un nouveau gouvernement.Cette nomination est incontournable car la désignation du chef du gouvernement incombe au président de la République. M. Ciampi ayant laissé entendre qu'il souhaitait confier cette tâche à son successeur, Romano Prodi ne devrait pas être désigné pour former son gouvernement avant de longues semaines.Le leader du centre-gauche a toutefois annoncé s'être déjà attelé à la tâche. Lui et sa coalition hétéroclite, qui va des catholiques modérés à l'extrême gauche en passant par les Verts, ont auparavant catégoriquement rejeté l'offre de Silvio Berlusconi de former une "grande coalition" associant vainqueurs et perdants.Romano Prodi a promis de faire de la lutte contre la mafia une priorité. Il a aussi assuré que son gouvernement ferait adopter une nouvelle loi contre le conflit d'intérêts, un grief attaché à l'actuel président du Conseil. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.