Le conservateur Felipe Calderon élu président du Mexique

MEXICO - Le conservateur Felipe Calderon a été élu à la présidence du Mexique, a officiellement annoncé le Tribunal électoral fédéral (TRIFE). Il l'a emporté avec 0,56% des suffrages sur son rival de gauche, qui continue de contester ce résultat."Premièrement, d'après le résultat de l'élection, le candidat qui a obtenu le plus de voix est le citoyen Felipe Calderon. Deuxièmement, l'élection présidentielle est valide", a déclaré le président du tribunal, Leonel Castillo, entérinant définitivement les résultats de l'élection présidentielle du 2 juillet.D'après les chiffres officiels et définitifs communiqués par le Tribunal, M. Calderon obtient 35,89% des voix contre 35,33% à son rival de gauche, Andres Manuel Lopez Obrador. Ce dernier a d'ores et déjà annoncé qu'il ne reconnaîtra pas la victoire d'un "président illégitime". Il envisage de former un gouvernement parallèle.M. Lopez Obrador affirme qu'il y a eu une fraude électorale lors du scrutin et des irrégularités durant la campagne électorale, mais le tribunal lui a répondu mardi que "les irrégularités supposées ne sont pas démontrées".Dans sa déclaration finale, le TRIFE critique les interventions télévisées du président sortant Vicente Fox et d'organisations patronales dans la campagne au profit de M. Calderon. Il a cependant jugé qu'il n'y avait pas "d'éléments probants" pour démontrer que ces interventions avaient influé sur la décision des électeurs.M. Lopez Obrador a longtemps demandé un nouveau décompte des 41,7 millions de bulletins de vote, mais le tribunal n'a ordonné le mois dernier que la révision de 9% des suffrages qui n'ont pas modifié sensiblement le résultat.Felipe Calderon succèdera le 1er décembre au président Vicente Fox, du même parti que lui, le Parti d'action nationale (PAN, droite catholique). Cet ancien ministre de l'énergie de M. Fox, âgé de 44 ans, s'est montré discret durant les deux derniers mois, répondant rarement aux critiques de M. Lopez Obrador.A cette occasion, il compte soumettre à ses partisans plusieurs propositions, dont la formation d'un gouvernement parallèle. Il suggère de se faire nommer "président légitime", "chef du gouvernement de résistance civile pacifique" ou "commissaire du peuple". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.