Le directeur de "Charlie Hebdo" défend le droit à la caricature

PARIS - Le procès de "Charlie Hebdo" a débuté à Paris. Le directeur de l'hebdomadaire satirique, poursuivi pour avoir publié trois dessins représentant le prophète Mahomet, a nié avoir voulu injurier les musulmans et a défendu le droit à la caricature.L'Union des organisations islamiques de France (UOIF), la Grande mosquée de Paris et la Ligue islamique mondiale poursuivent l'hebdomadaire et son directeur pour "injures publiques envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une religion".Philippe Val a reçu le soutien d'une des bêtes noires de "Charlie", le candidat de l'UMP à la présidentielle Nicolas Sarkozy, qui a défendu "la liberté de sourire de tout" dans une lettre lue à l'audience par son avocat, Me Georges Kiejman."Je préfère l'excès de caricatures à l'absence de caricatures", écrit le ministre de l'Intérieur. Dans l'après-midi, le premier secrétaire du PS François Hollande et le candidat UDF à la présidentielle François Bayrou devaient aussi témoigner à la barre en faveur du journal.Philippe Val a eu un échange tendu avec les avocats des parties civiles, en l'absence de Dalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris et président du Conseil français du culte musulman (CFCM), qui s'est fait représenter par Me Francis Szpiner au tribunal.Sur les trois dessins visés par la poursuite, deux publiés initialement au Danemark par "Jyllands-Posten" montrent pour l'un le prophète Mahomet avec une bombe dans son turban et pour l'autre, le même personnage accueillant des kamikazes au paradis et déclarant, "stop, on est à court de vierges".Le troisième dessin attaqué, oeuvre de Cabu et publié en couverture de "Charlie", montre, avec un titre "Mahomet débordé par les intégristes", le prophète qui se voile les yeux et dit: "c'est dur d'être aimé par des cons".Le procès se termine jeudi, le jugement sera mis en délibéré. Philippe Val encourt en théorie six mois de prison et 22'500 euros d'amende. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.