Le parlement irakien a tenu sa première séance

BAGDAD - Trois mois après les élections législatives de décembre, le parlement irakien a tenu sa première séance. Celle-ci a été assombrie par le blocage des discussions sur la formation d'un gouvernement d'unité nationale.Le vétéran de la nouvelle assemblée, Adnan Pachachi, a donné le coup d'envoi des travaux du parlement en exhortant les Irakiens à éviter une guerre civile qui serait, selon ses termes, une "catastrophe nationale"."Le pays connaît des temps très difficiles et il est confronté à un grand dilemme, après l'attentat (contre un sanctuaire chiite) à Samarra et les attaques qui ont suivi. Les tensions entre communautés se sont accrues et font planer la menace d'une catastrophe nationale", a déclaré M. Pachachi, un sunnite.La session inaugurale du Parlement a duré 40 minutes. M. Pachachi a expliqué qu'"en vertu de la Constitution, la première séance doit désigner le président et ses deux adjoints". "Mais après consultations avec les blocs politiques, il a été décidé de laisser la session ouverte dans l'attente d'un accord politique". La chambre compte 275 députés.Les corps de 25 personnes ont par ailleurs été découverts dans différents quartiers de Bagdad, selon le ministère de l'Intérieur. Les corps, non identifiés, étaient criblés de balles et certains avaient les mains liées.Ils ont été trouvés dans la zone de Kessra Wa Atach, à l'est de Bagdad, et dans d'autres quartiers du nord et du sud de la capitale. Au moins 80 corps ont été découverts lundi et mardi à Bagdad, faisant craindre des liquidations à caractère confessionnel.Les violences entre chiites et sunnites se sont aggravées depuis le dynamitage d'un mausolée chiite le 22 février à Samarra, au nord de Bagdad. Elles ont fait selon des sources officielles 450 tués parmi les civils. Quatre-vingt mosquées sunnites ont été attaquées. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.