Liban: l'Europe fournira plus de la moitié des effectifs de la FINUL

BRUXELLES - L'UE s'est engagée à participer à hauteur de plus de 7000 hommes à la force de maintien de la paix de l'ONU qui doit se déployer au Sud Liban. La France en prendra d'abord le commandement avant de passer le relais à l'Italie en février 2007.La France et l'Italie sont les principaux contributeurs de la Finul renforcée, appelée à se déployer pour garantir la stabilité du Liban en vertu de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies. Paris s'est engagée à fournir 2000 soldats et Rome en a promis entre 2000 et 3000.L'Espagne déploiera 1000 à 1200 hommes, tandis qu'un contingent des pays nordiques devrait atteindre 500 militaires, et celui de la Pologne 500 également. La résolution 1701 du Conseil de sécurité préconise une force internationale de 15 000 hommes.A Paris, le président français Jacques Chirac s'est interrogé sur la nécessité d'une force aussi conséquente, compte tenu du territoire "grand comme la moitié d'un département français" à contrôler, aux côtés des 15'000 hommes de l'armée libanaise déjà mobilisés dans la région.Certains pays se contenteront d'un soutien logistique. C'est le cas de la Grande-Bretagne qui, en raison de son implication dans la guerre en Irak, ne veut pas déployer d'hommes au Liban, ou de l'Allemagne, qui, pour des raisons historiques, ne veut pas non plus y envoyer des troupes."Des engagements ont été pris aujourd'hui pour plus de la moitié la force, non seulement pour des troupes au sol mais aussi du matériel naval et aérien", a expliqué M. Annan. "Nous pouvons maintenant commencer à mettre en place une force crédible", a-t-il ajouté.Plusieurs pays asiatiques s'étaient déjà annoncés il y a une semaine. La Malaisie, le Bangladesh et l'Indonésie s'étaient ainsi engagés à fournir quelque 4000 hommes au total à la FINUL. Mais l'offre n'avait pas été bien accueillie par Israël, l'Etat hébreu n'entretenant pas de relations diplomatiques avec certains de ces pays.Selon M. Annan, la Finul 2 se déploiera en "trois phases", dont la première devrait intervenir "dans quelques jours", voire une semaine. Israël fait de ce déploiement la condition à son retrait total du sud du Liban, et à la levée du blocus aérien et maritime du pays.Cette force internationale doit épauler l'armée libanaise déployée au Sud Liban après plus de 30 ans d'absence. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.