Liban: un député antisyrien a été tué à Beyrouth

Au moins dix personnes ont été tuées dans un attentat à l'explosif à Beyrouth, selon un bilan de source policière. L'explosion a coûté la vie au député de la majorité parlementaire antisyrienne Walid Eido.L'attentat a eu lieu près du bord de mer de Beyrouth, dans une zone très fréquentée où se trouvent plusieurs établissements balnéaires. Au moins onze autres personnes ont été blessées.Walid Eido appartenait au bloc, majoritaire au parlement, de Saad Hariri, dont le père Rafic Hariri, ancien premier ministre, a été lui-même tué dans un attentat à la bombe à Beyrouth en février 2005.M. Eido, agé d'une soixantaine d'année, présidait la commission de la Défense au Parlement libanais. Les pays occidentaux ont été prompts à réagir. La Maison Blanche a "déploré" un attentat "qui a causé la mort d'un membre respecté du parlement".Dans la foulée, le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a vivement condamné l'attaque, la qualifiant de "crime odieux et lâche".Dans le nord du Liban, au moins deux militaires libanais, dont un officier, ont été tués dans les affrontements autour du camp de réfugiés palestiniens de Nahr al-Bared, où l'armée assiège depuis le 20 mai un groupe d'islamistes.Les militaires, qui avaient pris position dans des bâtiments pris aux islamistes au cours des derniers combats, ont été abattus par des franc-tireurs, a indiqué un porte-parole de l'armée. Ces nouvelles victimes portent à au moins 130, dont 63 militaires et 50 islamistes du Fatah al-Islam, le nombre de personnes qui ont péri depuis le début des affrontements. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.