Lopez Obrador et Calderon se disputent la présidence du Mexique

MEXICO - Les Mexicains se rendaient aux urnes pour élire leur futur président. Le candidat de gauche Andrés Manuel Lopez Obrador et celui de droite Felipe Calderon étaient les mieux placés, avec un léger avantage pour le premier, selon les derniers sondages.Le futur président du Mexique, qui succèdera au conservateur Vicente Fox, ne prendra ses fonctions que le 1er décembre pour un mandat de six ans. Son principal défi sera la lutte contre la pauvreté, qui touche la moitié des 103 millions de Mexicains, et contre l'insécurité, également au centre des préoccupations dans le pays.71 millions de Mexicains étaient appelés aux urnes dans 130'500 bureaux de vote pour le scrutin, à un seul tour, le plus serré de l'histoire du pays. Les résultats étaient attendus en soirée.Une victoire de l'ancien maire de Mexico Lopez Obrador, 52 ans, serait un nouveau succès pour la gauche en Amérique latine, cette fois-ci aux portes des Etats-Unis. Des gouvernements de gauche ou de centre-gauche sont déjà au pouvoir au Brésil, en Argentine, au Venezuela, en Bolivie, en Uruguay et à Cuba.Si Felipe Calderon s'impose, le Parti d'action nationale (PAN) restera au pouvoir après avoir délogé il y a six ans de la présidence le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), qui a dirigé le pays de 1929 à 2000.Lopez Obrador promet de mettre fin aux privilèges des nantis, de diminuer les salaires des hauts fonctionnaires et de relancer l'économie par une politique de grands travaux dans l'ensemble du pays.Il se présente comme un homme proche du peuple et veut incarner une alternative aux récents gouvernements qui, selon lui, ont favorisé l'enrichissement d'une minorité au détriment des classes défavorisées.Le candidat du parti au pouvoir Felipe Calderon, 43 ans, plaide pour "un changement, dans la continuité" de son prédécesseur, qui a lancé un processus de démocratisation et qui laisse le pays avec une économie stable, de bons indicateurs économiques, mais des inégalités criantes.M. Calderon, ancien ministre de l'Energie et soutenu par les milieux d'affaires, met en garde contre un risque de crise économique au Mexique si Lopez Obrador était élu. Il considère son adversaire de gauche comme un "populiste", un "menteur" et "un danger pour le Mexique". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.