Nouveau juge désigné pour présider le procès contre Saddam Hussein

BAGDAD - A la veille de la reprise du procès de Saddam Hussein, un nouveau juge kurde, Raouf Rachid Abdel Rahmane, a été désigné pour présider les débats. Il succède au démissionnaire Rizkar Amine, ainsi qu'à son remplaçant, accusé d'avoir soutenu l'ex-raïs.M. Abdel Rahmane, 64 ans, est originaire de Halabja, ville où 5000 Kurdes ont péri lors d'une attaque au gaz moutarde menée par l'armée irakienne en 1988. Ce massacre est l'une des affaires pour lesquelles Saddam Hussein risque d'être jugé ultérieurement.Les avocats de la défense ont fait savoir qu'ils réclameraient une suspension du procès parce que, à leurs yeux, l'indépendance du tribunal n'a pas été respectée.Le Haut tribunal pénal irakien chargé de juger Saddam Hussein a traversé des passes difficiles avec la démission du magistrat kurde Rizkar Amine ce mois-ci. Ce dernier s'était plaint de pressions exercées par Bagdad pour qu'il accélère les débats.Il avait aussi été sévèrement critiqué par plusieurs responsables politiques pour son manque de fermeté à l'égard des accusés et pour la liberté de parole qu'il leur laissait.M. Amine a été remplacé dans un premier temps par le vice-président du tribunal, le chiite Sayed al Hamachi. Mais celui-ci a été dénoncé la semaine dernière par la Commission de débaassification comme étant lié à l'ancien parti Baas, ce qu'il a démenti.La huitième audience du procès de Saddam Hussein et de sept de ses lieutenants, jugés pour le massacre de 148 villageois chiites de Doujaïl (nord de Bagdad) en représailles à l'attaque du convoi de l'ancien président lors d'une visite du village en 1982, doit avoir lieu demain dans ce contexte.Si Saddam Hussein et ses lieutenants sont jugés coupables, ils encourent la peine de mort. Mais ils ont la possibilité de faire appel.Sur le terrain, trois personnes ont été tuées et cinq blessées lors d'une puissante explosion provoquée par un attentat suicide commis devant l'ambassade d'Iran à Bagdad, qui visait une patrouille de police. Cinq autres policiers ont été blessés dans le nord de l'Irak, à Kirkouk, par l'explosion d'une bombe.Les corps de huit candidats refusés par l'académie de police ont également été découverts au nord de Bagdad, près de l'endroit où 23 dépouilles avaient déjà été trouvées la veille, selon une source de sécurité. Ces dépouilles étaient aussi celles de candidats refusés dans la police. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.