Paris: les violences s'étendent, Villepin et Sarkozy font bloc

PARIS - Les violences s'étendent en banlieue parisienne. Policiers et pompiers ont été la cible de tirs à balles réelles. Le premier ministre de Villepin et le ministre de l'intérieur Sarkozy font bloc. Ils ont édicté en "priorité absolue" le retour à l'ordre. "L'Etat républicain ne cédera pas face aux violences urbaines. L'ordre et la justice dans notre pays auront le dernier mot", a affirmé le premier ministre français. "Le retour au calme et le rétablissement de l'ordre public sont la priorité, notre priorité absolue", a-t-il insisté. Au total une vingtaine de communes de Seine-Saint-Denis ont été touchées lors de la septième nuit consécutive de violences, ainsi que des villes des Hauts-de-Seine, des Yvelines et de Seine-et-Marne. Des groupes de jeunes gens cagoulés, armés de pavés et de cocktails molotov ont affronté les policiers anti-émeutes notamment dans le département de Seine-Saint-Denis. Dans ce seul département, les émeutiers ont incendié 177 véhicules. Signe d'une escalade, la police a recensé quatre tirs à balles réelles, qui n'ont pas fait de blessés, contre la police et les pompiers. Neuf personnes ont été blessées, dont un pompier brûlé au visage par un cocktail Molotov. "Les forces de sécurité accomplissent un travail difficile que je veux saluer ici (...) comme je veux remercier le ministre de l'intérieur pour sa mobilisation et celle de tout son ministère. Je sais que je peux compter sur lui", a ajouté Dominique de Villepin à l'adresse de Nicolas Sarkozy. Dominique de Villepin a indiqué que le ministre de l'intérieur avait reçu à sa demande les familles des deux jeunes électrocutés la semaine dernière dans un transformateur EDF de Clichy-sous-Bois où ils s'étaient réfugiés, se croyant poursuivis par la police. M. Sarkozy leur a remis le rapport de l'Inspection générale des services sur les circonstances du drame à l'origine de la flambée de violences en banlieue parisienne. Le procureur de la République de Bobigny a lui annoncé l'ouverture d'une information judiciaire contre X pour "non assistance à personne en danger" après la mort des deux jeunes. Dominique de Villepin a aussi évoqué le futur plan d'action pour les banlieues, indissociable à ses yeux d'une politique de fermeté. "Les 30 dernières années doivent nous inciter tous à beaucoup d'humilité" sur ce dossier, a-t-il jugé face aux critiques de la gauche. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.